Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 18:00
Quelle architecture pour Anglet?

Le débat sur l'architecture a été vif ces dernières années à Anglet. Quelle ville, quelle architecture voulons-nous pour notre belle commune. Ville dense, ville étalée? habitat individuel ou collectif? Immeubles hauts ou pas? Et quelle place pour la nature en ville? les jardins, les parcs, l'agriculture, la forêt? Mais aussi: quelle architecture, entre tradition et modernité? Les élus doivent-ils imposer aux architectes un style jugé conforme à l'histoire des lieux?

Pour avancer dans notre réflexion, aujourd'hui que le climat passionnel autour de ces questions s'est apaisé, il est urgent de réfléchir et d'apprendre à regarder la ville, ses bâtiments, ses paysages. Chacun a une idée très arrêtée sur la "bonne " architecture. Et en ce domaine comme en toute science, nos certitudes sont d'autant plus fortes que nous sommes ignorants.

L'excellent cycle de conférences de MEDIARCHI, animé par l'architecte et professeur à l'école d'architecture de Bordeaux Caroline MAZEL,continue à Quintaou. J'invite les angloys - et les autres - a y assister quand ils en ont le loisir, à la bibliothèque municipale.(1) Ces conférences se prolongent cette saison par des balades architecturales animée par le CAUE (conseil en architecture, urbanisme et environnement).

Prochains rendez-vous:

- Balade architecturale: A la découverte de l'architecture durable, le 24 janvier à 14h30

- conférence de médiachi: Architecture, la ville en haut de l'affiche, le 27 janvier à 18h30. L'architecture et la ville vues par les grands cinéastes... et comment les architectes se réfèrent au cinéma pour nourrir leur réflexion.

On trouvera tous les renseignements sur le site de la bibliothèque d'Anglet: http://www.anglet.fr/mes-loisirs/culture/503-la-bibliotheque-quintaou.html

L'architecture contemporaine des belles villas de Chiberta est-elle moins légitime que les demeures art déco si nombreuses sur la cote basque; ( ci-dessous la villa Argia, datant de 1922).

L'architecture contemporaine des belles villas de Chiberta est-elle moins légitime que les demeures art déco si nombreuses sur la cote basque; ( ci-dessous la villa Argia, datant de 1922).

Photo en tête d'article: le carrefour Bernain, avenue de bayonne, demain.

Photo en tête d'article: le carrefour Bernain, avenue de bayonne, demain.

(1) J'en profite pour dire combien est remarquable le travail fait par le personnel de la bibliothèque de Quintaou pour promouvoir la culture sous toutes ses formes.

Repost 0
Published by JP Voisin - dans urbanisme, PLU
commenter cet article
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 10:25
Faut-il taxer les résidences secondaires?

Le gouvernement envisage d'autoriser les communes qui le souhaitent à taxer plus lourdement les résidences secondaires dans les zones tendues (1). Certains crient au scandale: encore une taxe, encore un impôt supplémentaire protestent-ils.

Regardons de plus près ce que la mise en oeuvre de cette taxe entraînerait pour notre agglomération .

Quelle est la situation locale en la matière.

Chacun sait que nous sommes sur la cote basque en "zone tendue". Cela veut dire que la pénurie relative de logements pèse sur les prix du foncier et des loyers: Se loger coûte cher. Or le marché est fortement impacté par les résidences secondaires qui contribuent à faire grimper les prix. Quelques chiffres: 40% de résidences secondaires à Biarritz, 16 % à Anglet, 5% seulement à Bayonne, pour une moyenne départementale à 15%. Sur Anglet cela représente environ 3000 logements.

Dans une agglomération ou le foncier est rare, la présence de ces résidences n'est pas sans effet sur le dynamisme de la ville elle même. C'st ainsi que la population de Biarritz diminue, et celle d'Anglet augmente moins que prévu puisque de nombreux appartements livrés sont captés par des résidents occasionnels. L'hiver certains quartiers, proches du littoral, sont désertés.

Qui possède une résidence secondaire sur la cote basque?

Rappelons les prix de l'immobilier neuf sur Anglet: 4000 €/m2 en moyenne. Prix moyens des loyers: 13€/m2. Compte tenu de ces prix, les résidences secondaires sont détenues par des foyers aisés. Ceux qui, plus modestes, possèdent un deuxième logement sur l'agglomération par héritage ou parce qu'ils ont investi en prévision de leur retraite, ont tout intérêt à le louer. S'ils ne le font pas et se réservent le bien pour leur usage personnel, renonçant ainsi à des revenus substantiels, c'est qu'ils en ont les moyens.

Les effets d'une telle mesure pour les finances locales.

Chacun sait que les ressources des communes sont en baisse, parce que les dotations de l'Etat diminuent. Conséquence: Pour ne pas augmenter les impôts des résidents permanents les villes doivent réduire leurs investissements. A court terme c'est moins d'emplois dans le BTP, à long terme la qualité de la vie dans la commune peut en être affectée: des écoles moins bien équipées, des routes mal entretenues, des services publics dégradés...

Des recettes supplémentaires qui ne ponctionneraient pas les habitants à demeure seraient bienvenues.

Les effets sur le marché immobilier.

Disposer d'une résidence secondaire en zone tendue, comme ici, coûterait donc plus cher. Certains renonceront sans doute à cet achat. Ceux qui en possède une aujourd'hui pourront être tentés soit de la vendre soit de la louer. Cela ne pourra que réduire la pression sur l'immobilier et conduire à une baisse des prix aussi bien sur le neuf que sur l'ancien, pour l'acquisition ou la location. Il sera plus facile de se loger pour les résidents permanents.

En résumé, cette taxe appliquée sur la cote basque offrirait des ressources supplémentaires aux communes sans augmentation des impôts locaux pour les résidents permanents, et contribuerait à faire baisser le prix de l'immobilier, facilitant l'installation sur place de foyers à revenus modestes. Localement, je ne vois que des avantages à cette taxe.

(1) une surtaxe de 20% serait appliquée à la taxe d'habitation pour les résidences secondaires situées en zone tendue. L'agglomération serait concernée.

Repost 0
Published by JP Voisin - dans urbanisme, PLU
commenter cet article
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 10:08
Houndaro: un nouveau quartier pour tous.

Le nouveau quartier d'Houndaro a été inauguré ce jeudi 23 octobre.

Le "piéton" du Sud-Ouest daté du 24octobre constate:

- que depuis son élection de maire il y a six mois, Claude Olive inaugure les programmes immobiliers conçus et voulus par son prédécesseur. C'est bien normal, tradition républicaine oblige. Mais cela doit quand même l'agacer un peu. Fort heureusement pour lui, ce sont jusqu'à présent des programmes qui ne sont pas de nature à heurter sa vision d'Anglet, que ce soit la résidence les jardins d'Eugénie naguère ou, hier, le quartier d'Houndaro. Et si c'était un jour le cas?

Je ne résiste pas au plaisir de commenter le commentaire!

Houndaro et les Jardins d'Eugénie, voulus et conçus par l'ancienne équipe ne sont pas de nature à heurter la vision d'Anglet de Claude Olive, explique le piéton. Voilà qui montre que la critique sans nuance qui a été faites de notre approche de l'urbanisme était une caricature. Nos projets prenaient en compte les sites où ils étaient implantés, respectaient leur environnement tout en permettant de loger les angloys.Tous les angloys. M. Olive qui se réjouit de la réalisation du projet d'Houndaro s'y était opposé et avait voté contre lors des délibérations le concernant.

Ce projet est pourtant exemplaire, non seulement parce qu'il s'intègre bien dans son environnement, mais aussi par la mixité sociale qu'il favorise. Il faut souligner par exemple que grâce à la collaboration entre la ville et le promoteur, nous avons obtenu que de petites maisons en accession sociale complètent les 30 % de logements locatifs sociaux imposé par le PLU que nous avions révisé. En outre les logements du marché dit "libre" sont proposés à des prix très inférieurs à ceux du marché: 3300 €/ m2 en moyenne, à rapprocher des 4000 €/m2, prix moyen du neuf sur Anglet. Ceci a permis à de jeunes familles à revenus moyens d'accéder à la propriété sur notre commune. Rappelons enfin que les travaux de voirie sur l'avenue de Brindos qui dessert le nouveau quartier sont financés à hauteur de 50% par le promoteur.

M. Olive devra-t-il inaugurer un jour des projets ne correspondant pas à sa vision de l'urbanisme sur Anglet? Oui! Quand par exemple il lui faudra inaugurer les projets du carrefour Bernain sur l'ex nationale 10, ou nous avons choisi de construire plus haut, ce qu'il conteste vigoureusement: trois immeubles de 6 étages réalisés par le COL, et deux immeubles en pyramide, de 5 étages en moyenne mais culminant à 9 étages dessinés par l'architecte local Patrick Arotcharen pour Alday. Nous pourrons ainsi loger 300 foyers environ, au cœur de la ville, parfaitement desservis par les transports en commun, avec tous les commerces et services publics accessibles à pied. Et ces 300 logements ici construits contribueront à préserver les quartiers pavillonnaires, car s'ils n'avaient été réalisés en centre ville il aurait bien fallu les mettre ailleurs. Ce que se propose de faire désormais le nouveau maire... à moins qu'il n'ait évolué sur sa vision urbaine.

Des espaces publics de qualité, de larges pelouses plantées (voir vignette en tête d'article), un quartier ou il fait bon vivre.

Des espaces publics de qualité, de larges pelouses plantées (voir vignette en tête d'article), un quartier ou il fait bon vivre.

Repost 0
Published by JP Voisin - dans urbanisme, PLU
commenter cet article
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 16:23

Je viens aujourd'hui d'abandonner la présidence de l'Agence d'Urbanisme Atlantique Pyrénées (AUDAP). Jean-René Etchégaray me remplace à ce poste que j'ai occupé pendant cinq ans.

Je profite de cette occasion pour remercier très chaleureusement les personnels de l'Agence. J'ai apprécié leurs compétences, leur dévouement au service de notre territoire, et le bon esprit qui règne dans les équipes. Merci aussi aux élus qui m'ont accompagné dans le pilotage de ce bel outil pour un urbanisme "durable".

L'AUDAP est une chance pour nos collectivités territoriales. Je forme le vœu que les nouveaux élus sachent s'en saisir pour un aménagement écologique, respectueux des hommes, des cultures et des paysages du Pays Basque du sud des Landes et du Béarn.

On trouvera ci-dessous le dernier article que j'ai écrit pour "les cahiers de l'AUDAP" de mai 2014.

Une nouvelle étape pour l'agence d'urbanisme.
Repost 0
Published by JP Voisin - dans urbanisme, PLU
commenter cet article
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 14:03

Voici ci-dessous le post que Jean Espilondo a publié sur son blog:

"Je suis sur le terrain. Je dialogue avec les Angloys et je les écoute. Si les retours sur mon bilan sont positifs, il demeure une incompréhension sur l'urbanisme et des doutes sur les hauteurs des bâtiments.

Je sais le travail d'intoxication mené pas mes adversaires qui ont dénaturé l'information sur notre PLU. Je veux dépasser cette polémique.

Oui, il existe des craintes. Je veux rassurer et clarifier les malentendus. Je souhaite poursuivre le dialogue dans un esprit d’ouverture.

Nous devons bâtir ensemble l'indispensable consensus sur l'urbanisme. L’enjeu est décisif pour notre avenir. Cette question ne doit pas diviser les Angloys mais au contraire les fédérer autour d’un projet de vie commun.

Dans cet objectif, dès le lendemain des élections, je proposerai la tenue d'Assises citoyennes de l'habitat et du cadre de vie. Tous les Angloys seront invités à s’y exprimer. Tous les sujets y seront soumis, sans tabou.

Et ces travaux serviront de base à une modification partielle des règlements d'urbanisme. Ce sera ainsi, dans le dialogue, que nous trouverons le point d’équilibre entre le besoin en logements et la préservation de notre cadre de vie."

Repost 0
Published by JP Voisin - dans urbanisme, PLU
commenter cet article
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 15:03

Un correspondant m'écrit:

- Je lis dans Sud-ouest de ce jour [le 2 mars 2013, NDLR] la réaction de Claude Olive: "Je n'ai pas encore étudié le rapport, mais nous continuons de penser que le PLU est un coup porté à la qualité de vie, qui va se traduire par une densification historique".

En ce qui me concerne je ne pense pas que ce soit une densification historique comme il le dit. En effet le premier POS de 1973 prévoyait un COS de 1,00 pour les terrains de plus de 5000 m2 dans le secteur compris globalement entre les rues de hardoy, de Jouanetote et l'avenue de Bayonne. L'application de cette règle a permis la construction des Jardins de la Peña, du Domaine des Pyrénées, de l'Orée du Bois, des Terrasses Dous Bos, du Clos Saint-Jean...

les jardins de la Peña.

dossier-image-2 1117Ce témoignage d'un vieil angloy est intéressant. Il nous explique comment ont été construit les immeubles de l'ex nationale 10 et de Hardoy. Parallèlement le POS de 1973 prévoyait un COS très faible dans les zones pavillonnaires, facilitant la naissance de très nombreux lotissements de maisons individuelles sur les terrains agricoles disponibles. Aujourd'hui on ne peut transposer trait pour trait ce réglement. Mais notre projet de PLU retrouve, 40 ans après ce compromis angloy: On densifie là où c'est opportun pour mieux préserver les quartiers pavillonnaires. Ce choix fut progressivement remis en cause, à partir des années 90, en permettant une urbanisation plus uniforme. C'est ainsi que le PLU de 2004 réduisait les hauteurs autorisées sur l'avenue de Bayonne (ex RN10) mais autorisait dans le même temps un COS de 0,50 sur les grands terrains en zone pavillonnaire. Au final celle-ci est menacée, comme chacun peut le constater, car on n'utilise pas au mieux le secteur le plus dense d'Anglet.

Les temps ont changé comme l'écrit le commissaire enquêteur qui a conduit l'enquête publique pour la révision du PLU dans le rapport qu'il vient de remettre (1). Anglet a doublé sa population depuis 1970, la campagne angloye a laissé place aux lotissements, les terrains disponibles sont désormais très rares et chers. Le défi que nous devons relever désormais se pose en ces termes: Comment continuer d'accueillir une population nouvelle, sans ségrégation sociale, en préservant le caractère de ville-jardin d'Anglet? Car refuser de loger les nouveaux venus est impossible; on ne peut figer la ville, Anglet n'est pas Venise! La preuve? Nos opposants, qui nous accusent de densifier comme l'écrit M. Olive, sont ceux qui ont le plus construit quand ils étaient aux affaires, entre 2001 et 2007. Plus de 500 logements en moyenne chaque année pendant les sept ans de leur mandat. 3534 logements au total soit près de 7000 angloys supplémentaires. Ne voulant densifier nulle part ils ont bétonné partout!

29 05 2012 002A l'inverse, notre choix héritier du compromis angloy des années 70 est dicté par le souci de loger les jeunes générations (2) tout en préservant la ville jardin. Nous acceptons des immeubles de 5 à 9 étages là où ils existent déjà, en particulier le long de l'avenue de Bayonne, mais, dans le même temps nous imposons de 40 à 60 % de pleine terre dans toute opération nouvelle sur plus de 70 % du territoire urbain. Nous augmentons aussi de 50 hectares les zones naturelles, et retrouvons une vingtaine d'hectares pour l'agriculture périurbaine.

La densification que nous proposons donc s'inscrit dans le compromis angloy voulu par Victor Mendiboure dans les années 70; en cela elle est historique! M. Olive à l'inverse nous propose de revenir à l'urbanisme des années 2000 dont on mesure chaque jour les dégats.


(1) Voir l'article précédant feu vert pour le PLU

(2) rappelons quand 10 ans nous avons perdu 500 élèves dans nos écoles. Depuis la rentrée 2012 la tendance s'inverse avec 80 élèves supplémentaires. C'est le fruit de la politique du "logement pour tous" que le futur PLU confortera.

Repost 0
Published by JP Voisin - dans urbanisme, PLU
commenter cet article
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 14:31

Le commissaire enquêteur vient de donner un avis favorable, assorti de quelques réserves techniques, pour le PLU d'Anglet. Ce feu vert est une excellente nouvelle pour notre ville.

L'avis favorable est accompagné de commentaires parfois élogieux, généralement très positifs. Mais "sans la liberté de blâmer il n'est pas d'éloge flatteur": Le commissaire, usant de sa totale liberté a donc émis des réserves et recommandations pour améliorer le document qui était soumis à l'enquête publique. D'ordre technique, les réserves seront levées sans difficulté par la municipalité. Les recommandations reprennent pour l'essentiel des demandes portées par des angloys lors de l'enquête.  La municipalité avait  toujours assuré qu'elle souhaitait améliorer encore son travail en reprenant toutes les propositions pertinentes qui seraient portées à sa connaissance (1). Elle va donc étudier soigneusement toutes les demandes que le commissaire enquêteur a validées.

Chacun pourra prendre connaissance de l'intégralité du rapport du commissaire enquêteur en le consultant sur le site de la ville. Voici mes premiers commentaires, après une lecture rapide de ce rapport.

La concertation:

Le commissaire enquêteur a apprécié la qualité de la concertation organisée par la municipalité autour de la révision du PLU. Il écrit:

"- De nombreuses personnes rencontrées lors de nos permanences nous ont parlé de ces réunions de concertation où elles ont pu formuler leurs demandes. A l'examen du dossier, certaines étaient satisfaites d'avoir été entendues, d'autres non... D'où un nombre relativement important des observations recueillies que nous examinerons plus loin. Ainsi qu'indiqué dans le bilan de la concertation, ces démarches ont enrichi la réflexion lors de l'élaboration du PLU, notamment par la contribution des ateliers patrimoine qui ont conduit à l'inventaire figurant en pièce 3-3 du dossier. En tout état de cause cela témoigne de la bonne organisation de la concertation et du respect sur ce point de l'article L.300-2 du code de l'urbanisme et des modalités arrêtées par délibération du 28 juillet 2008."

Je constate donc que l'argument de l'opposition qui nous accuse d'avoir refusé une vraie concertation est battu en brêche par le commissaire enquêteur. Puis-je ajouter que la demande de l'opposition de prolonger l'enquête publique était arrivée hors délai! Qu'il ne pouvait donc l'examiner.(2) 

Un bon projet...

Le commissaire fait remarquer aussi (page 32): " - Nous n'avons pas tardé àinauguration jardin m. Dufourg mai 2012 001 comprendre, à la lecture des observations et lors de nos permanences, que les "pour" et les "contre" le projet de PLU présenté se définissaient essentiellement en fonction de leur bord; on peut remarquer par exemple la rédaction quasiment identique de nombreuses observations témoignant d'une certaine concertation entre les auteurs". Pas naïf, le commissaire!

Et il ajoute, en réponse aux critiques sur la densification, les hauteurs trop importantes, les problèmes de circulation...: 

dsc02963" - Nous considérons que le projet présenté est un bon projet au sens des obligations imposées à la commune par le code de l'urbanisme et les documents supra communaux. En ce sens nous approuvons la réponse bien étayée apportée par le maitre d'ouvrage (3). La population angloye doit se rendre à l'évidence: Après une période de consommation effrênée de l'espace par des lotissements, Anglet est devenue une vraie ville où l'espace s'est raréfié; il est donc temps de la considérer comme telle et d'appliquer aujourd'hui les grands principes de l'urbanisme... sur un territoire convoité par les constructeurs de par sa situation au coeur de l'agglomération et sa proximité du littoral..."

Il confirme ce jugement positif dans ses conclusions: " Bien exposé par le rapport de présentation, le projet de PLU répond aux besoins de planification à court et à moyen termes de la commune, dans les conditions exprimées par le Programme Local de l'Habitat (PLH) de l'agglomération, du PADD du schéma de cohétence territorial (SCOT), de l'Agenda 21 et du projet urbain conduit par la ville d'Anglet...".

A propos de l'inventaire du patrimoine le commidssaire commente: " Il s'agit là d'une excellente initiative..."

Comme ce rapport se doit d'être objectif, le Commissaire ajoute: "Nous n'exprimerons personnellement aucun commentaire globalement défavorable au projet... nous avons cependant relevé dans notre rapport quelques points d'imperfection."

Ce sont ces imperfections qu'il appartient à la municipalité de corriger maintenant. Pour que ce bon projet soit au final un excellent PLU. Autrement dit " Il faut finir le job"! A ma modeste place, je vais m'y employer dans les semaines qui viennent.

Photos:

       - Parc Amédée Dufourg récemment rénové.

       - Des logements HLM, illustration de la ville-jardin.

 

 

(1) voir dans ce blog PLU: dans l'attente de l'avis du commissaire enquêteur...

(2) voir dans ce blog  PLU: Claude Olive se réveille.

(3) Le Maitre d'ouvrage, en l'occurence l'Agglomération Cote basque Adour (assistée par la ville) a présenté au commissaire enquêteur - conformément aux textes réglementaires - un mémoire qui répond en détail à toutes les demandes, questions et critiques formulées par les personnes qui ont participé à l'enquête publique. 

Repost 0
Published by JP Voisin - dans urbanisme, PLU
commenter cet article
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 11:11

L'enquête publique relative à la révision générale du PLU est terminée: la participation des angloys a été forte et de qualité. On le doit sans doute à l'importante concertation et à l'information du public organisées en amont de cette enquête. Jamais un PLU n'avait autant mobilisé les angloys. On ne peut que s'en réjouir.

Maintenant que l'enquête est terminée, il appartient au commissaire enquêteur d'examiner toutes les observations et contributions qui lui ont été remises puis de rédiger son rapport. J'ai déjà expliqué publiquement, en conseil municipal en particulier, que la municipalité souhaitait que soient prises en compte les propositions des angloys qui amélioreraient le document. Nous sommes convaincus que notre PLU est bon, qu'il a réussi une synthèse difficile entre la double nécessité de construire Anglet pour tous et de préserver ses qualités de ville-jardin. Mais nous restons mdossier-image-2-1135.jpgodestes et pensons qu'un dossier d'une telle complexité peut toujours être amélioré aux marges, par les avis de ceux qui vivent au plus près, pour leur terrain, leur rue ou leur quartier. Des professionnels du bâtiments, des collectivités, des administrations, des associations,que nous avions largement associés en amont à son élaboration, nous ont également envoyé des contributions. Le commissaire enquêteur va devoir se saisir de toute cette matière. Nous serons très attentif et respectueux de ses conclusions.


Le Parc Belay: un bel exemple d'immeubles dans un parc.

Repost 0
Published by JP Voisin - dans urbanisme, PLU
commenter cet article
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 11:34

 

Claude Olive se réveille.

 

« Sud-ouest » de ce samedi 12 janvier nous l’annonce : » Claude Olive reprend la main sur le PLU ». Disons plus prosaïquement qu’il se réveille !

Alors que l’enquête publique du PLU est ouverte depuis le 3 décembre, donc depuis six semaines, l’opposition municipale par la voix de M. Olive conteste à la fois la durée et la date de cette enquête et demande qu’elle soit prolongée.

La durée ? Alors que l’enquête doit réglementairement se dérouler sur 30 jours, nous avons voulu la prolonger de deux semaines pour que chacun ait le temps de s’informer. M. Olive voudrait deux semaines de plus ? Il les a déjà eues !

Pourquoi n’a-t-il pas organisé des réunions publiques fin novembre, début décembre au début de l’enquête, avant les fêtes ? Parce qu’il a refusé un vrai débat. Il s’est contenté d’affirmer des contre-vérités, voire des erreurs manifestes, aussi bien en conseil municipal que dans le bulletin municipal. Contre-vérités qu’il va sans doute répéter dans les réunions publiques qu’il organise à deux et trois jours de la fin de l’enquête. Sur la densité, sur les hauteurs autorisées, sur le logement social assimilé à la ZUP ! J’ai répondu dans mon blog à ces assertions. Il est vrai qu’attaquer sargi zabalur le fond un PLU qui s’appuie sur les principes du développement durable n’est pas aisé. Le précédant PLU (le sien, qu’il a voté en 2004) favorisait la ségrégation sociale, condamnait la nature en ville, ignorait le patrimoine angloy. Ce futur PLU se donne les moyens d’une vraie mixité sociale et générationnelle, réconcilie la ville et la nature, redonne sa place au maraîchage, reconnaît la richesse patrimoniale d’Anglet. La tâche de M. Olive était difficile !

Buser les ruisseaux pour construire: avec le futur PLU, ça ne sera plus possible!

La date ? Elle interviendrait au moment des fêtes de fin d’année, « date peu propice à la mobilisation de nos concitoyens ». Je signale simplement à M. Olive, qui semble l’ignorer, que la réglementation recommande d’inclure, dans les cités balnéaires, une période de congé dans la durée de l’enquête publique pour permettre aux résidents intermittents de s’exprimer.

En organisant donc une enquête de 47 jours –au lieu des 30 imposés – incluant une période de congé, nous avons été largement au-delà des exigences réglementaires, fidèles en cela à notre politique de large concertation des angloys.

Demander maintenant de prolonger un débat qu’on a refusé quand il était temps, n’est qu’une manœuvre politique.

 

 

 

Repost 0
Published by JP Voisin - dans urbanisme, PLU
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 22:22

L'opposition municipale semble concentrer son opposition au PLU sur un seul thème: la hauteur des bâtiments. Avec des chiffres faux... une fois de plus!

Exemple, dans le dernier bulletin municipal, elle écrit:

"Zone UA1, pas de limite de hauteur.

Zone UA2: jusqu'à 22m soit 8 niveaux.

zone UB: jusqu'à 16m de hauteur soit 6 niveaux."

Quelle est la réalité:

Pour la zone UA2 l'opposition annonce 8 niveaux. Faux! Sur les grands terrains on pourra atteindre au maximum 7 niveaux soit 6 étages. Et cette hauteur est réservée aux grands terrains. Le nombre de niveaux autorisés est plus faible pour les terrains de taille réduite, de loin les plus nombreux. La zone UA2 concerne les abord de la RD 810 et le boulevard du BAB. 

Pour la zone UB, chiffre faux encore! le nombre de niveaux est limité à 5 soit 4 étages et non à 6 comme l'opposition l'affirme. Et ceci ne s'applique que pour les terrains les plus grands.(voir tableau récapitulatif ci-dessous)

Comment des élus qui prétendent à la gestion de notre ville peuvent-ils accumuler ainsi les erreurs, y compris dans le bulletin municipal. Hier,  ils expliquaient que les hauteurs des immeubles n'étaient pas limitées dans le quartier de Larochefoucauld. Ils ont dû publier un rectificatif dans le dernier bulletin. Feront-ils de même dans le numéro à venir pour cette nouvelle bourde? Cela tourne au feuilleton!

Pour la zone UA1, la plus dense, la hauteur n'est effectivement pas réglementée. Mais le COS (coefficient d'occupation des sols), fixé à 1,25, limite la constructibilité. Pour cette zone, dans le réglement actuellement en vigueur élaboré en 2004 par les actuels opposants, la hauteur était limitée à "4 niveaux plus attique", mais le COS était illimité (1). J'ai montré dans un article récent (2) que la densité des projets induits par les deux réglements était comparable, mais que notre proposition permettait une ville plus verte.

En zone pavillonnaire, qui représente 70 % des surfaces urbanisables, la hauteur est limitée à un étage sur les terrains de moins de 1000 m2, de loin les plus nombreux, à deux étages pour les terrains compris entre 1000 et 2000 m2, à trois étages pour les terrains les plus grands, de plus de 2000 m2. Pour bien voir ce que cette dernière possibilité représente, un chiffre: Sur les 7530 parcelles situées en zone UC1, 74 parcelles non bâties font plus de 2000 m2, soit moins de 1%.

Rappelons que la constructibilité d'une parcelle est limitée par le COS, pas par la hauteur. Dans la plupart des cas, cette hauteur maximum ne sera pas utilisée par l'architecte. J'ai déjà expliqué cela dans ce blog.

La réalité est que l'opposition ne trouve pas d'angle d'attaque pour contrer ce PLU. Elle ne peut pas nous accuser de bétonner la ville, puisque notre PLU redonne toute sa place à la nature en ville. Elle ne peut pas nous reprocher de brader le patrimoine angloy, puisque pour la première fois un inventaire du patrimoine sera annexé au réglement. Elle essaye donc d'argumenter sur la densité et les hauteurs. J'ai plusieurs fois justifié nos choix en la matière. C'est la seule entrée qu'elle a trouvé pour faire peur à une opinion pas toujours informée en matière d'urbanisme, une discipline complexe qui se prête mal aux raccourcis et aux discours simplistes. On aimerait simplement que dans le débat elle ne truque pas les chiffres.

L'opposition dans son article que j'ai cité au début, explique comment elle est arrivée à son chiffre faux: Elle prend la hauteur totale autorisée et la divise par 2,66, hauteur d'un étage. Elle oublie simplement le toit incliné qu'il faut rajouter sur le dernier étage si on ne veut pas d'une toiture terrasse! Voilà pourquoi le PLU limite les hauteurs de deux manières en imposant simultanément une hauteur maximale et un nombre d'étage. Ainsi on ne pénalise pas les toitures traditionnelles (3).

Tableau des hauteurs maximum autorisées

zonage surface du terrain hauteur maxi autorisée
UA2

surface inférieure à 1000 m2

surface comprise entre 1000 et 2000 m2

surface comprise entre 2000 et 4000 m2

surface supérieure à 4000 m2

  R+3

  R+4

  R+5

  R+6

UB

 

surface inférieure à 1000 m2

Surface comprise entre 1000 et 2000 m2

Surface supérieure à 2000 m2

 

  R+2

  R+3

  R+4

UC1

 

surface inférieure à 1000 m2

surface comprise entre 1000 et 2000 m2

Surface supérieure à 2000 m2

 

  R+1

  R+2

  R+3

 

UC2 (Chiberta)

 

 

  R+1

 

UC3 (Brindos)

 

 

  R+1

[R+1] veut dire "Rez-de-chaussée + 1étage"


(1) COS = coefficient d'occupation des sols. Plus ce coefficient est élevé, plus la densité de la construction est forte.

(2) Voir sur ce blog l'article : " Urbanisme de projet ou urbanisme administré."

(3) naturellement un comble aménageable compte pour un étage.

Repost 0
Published by JP Voisin - dans urbanisme, PLU
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • : Jean-Pierre Voisin, adjoint au maire d'Anglet de 2008 à 2014 en charge de l'urbanisme, livre ici son point de vue sur les dossiers locaux et dialogue avec les angloys. Ses propos n'engagent que lui-même.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens