Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 11:22

4 08 2012 vélos 003Depuis 2009, la ville d'Anglet met chaque été 200 vélos à la disposition des estivants... gratuitement. Parmi ceux-ci des touristes bien sûr, mais aussi des locaux qui retrouvent le plaisir de pédaler sur les pistes cyclables qui conduisent à la plage ou traversent la forêt du Pignada. Le succès de ce service est croissant. En juillet de cette année on frôle les 5000 prêts,(4907 exactement) en hausse de 23% par rapport à Juillet 2011, malgré une météo incertaine.

Le vélo comme loisir est une façon de faire découvrir ce mode de déplacement - économique, écologique et bon4-08-2012-velos-006.jpg pour la santé. Pour aller plus loin, et donner l'envie d'utiliser sa bicyclette au quotidien? C'est la volonté de la municipalité qui privilégie aujourd'hui la construction de pistes cyclables reliant les quartiers de la ville avec un objectif affiché: favoriser l'utilisation quotidienne du vélo, pour aller au travail où faire ses courses. Et par là même faire baisser notre dépendance à la voiture!  Le premier tronçon de la piste reliant la mairie aux Cinq-cantons est quasiment terminé (restent quelques peintures et finitions à réaliser), en même temps que le franchissement du boulevard du BAB, grâce à l'élargissement de la passerelle qui fait la part belle aux piétons et cyclistes.

Vélo plaisir, vélo utile... le vélo fait un retour en force dans le paysage angloy.

anglet-3-aout-2010-047-copie-1.jpg

Photos:

- piste cyclable de l'avenue de l'Adour, vers les plages.

- la passerelle des Cinq-Cantons a été élargie pour assurer la continuité de la piste cyclable de la mairie aux Cinq-cantons et aux plages.

-voie verte du Lazaret.

Repost 0
Published by JP Voisin - dans mobilité, transport
commenter cet article
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 18:43

janvier 2011 003L'association BIZI lance une campagne pour l'utilisation des transports en commun. Constatant qu'une majorité de salariés ignorent qu'ils peuvent se faire rembourser la moitié de leurs billets par leur employeur, les militants de BIZI veulent populariser cette disposition. "Et si j'allais au travail en bus ou en train?" interroge leur tract qui ajoute "mon employeur doit me rembourser 50%".

J'espère que cette initiative sera largement relayée. le bus, c'est pratique, c'est écolo... et c'est beaucoup moins cher que la voiture!

Voir le site de BIZI: www.bizimuga.eu

 

Repost 0
Published by JP Voisin - dans mobilité, transport
commenter cet article
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 22:38

Véolia, qui gère le réseau Chronoplus, vient de présenter à l'agglomération Cote basque-Adour le bilan chiffré de l'année 2011. La fréquentation continue de progresser.

En deux ans le nombre de voyageurs transportés est passé de 6 millions à 7,5 millions, soit une hausse de 25%. Nouveaux bus, nouveaux tarifs, en baisse et parmi les plus bas de l'hexagone, mais aussi  nouveau réseau avec 30% de km parcourus en plus... les efforts fournis par le délégataire et le syndicat des transports portent leurs fruits. Mais cela a un prix: Les recettes d'exploitation, payées par les usagers, ne représentent que 21 % des dépenses. Le reste est  couvert par le versement transport due par les entreprises et les subventions. C'est le prix à payer pour offrir à nos concitoyens une alternative à l'automobile. Dans cette même logique, le nouveau PLU d'Anglet qui va être arrêté prochainement favorise l'urbanisation le long des lignes de bus. Pour que prendre celui-ci soit plus pratique que d'utiliser sa voiture.

 .janvier 2011 003

Un nouveau bus chronoplus au coté d'un bus avec l'ancienne livrée rouge.

Repost 0
Published by JP Voisin - dans mobilité, transport
commenter cet article
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 18:14

Un article récent paru dans Sud-Ouest, consacré au tramway de Bordeaux, nous montre l'intérêt et les limites des transports en commun dans les villes modernes.  Quelles conclusions peut-on en tirer pour notre agglomération du B.A.B.?

Sud-Ouest constate tout d'abord que depuis l'arrivée du tramway au coeur de l'agglomération girondine la part modale de la voiture dans les déplacements à baissé de cinq points, de 64 à 59%.  Mais le journaliste souligne dans le même temps que le tramway, aujourd'hui saturé, devient aux heures de pointe "une bétaillère". Selon lui, l'image très positive du tramway ne cesserait de se détériorer dans l'esprit du public, et la circulation en ville serait toujours aussi difficile. 

 Alors, réussite où échec?

La réponse est importante pour nous, sur le B.A.B., au moment où l'agglomération "Cote Basque Adour" étudie la mise en place d'un TCSP (transport en commun en site propre), un projet évalué à 180 millions d'euros!

La baisse de 5% de la part de la voiture sur l'ensemble des déplacements bordelais est un résultat positif. Logiquement cela devrait se traduire par une circulation plus fluide.  Si nous obtenions le même résultat sur l'agglomération bayonnaise nous doublerions la fréquentation de nos bus, objectif que nous nous sommes d'ailleurs donné.

Pourquoi à Bordeaux le résultat est-il finalement décevant? Puis-je suggérer des hypothèses? Je vois à cet échec apparent une explication: Le nombre de déplacements a globalement augmenté et pour deux raisons. La première est liée à la croissance régulière de la population de la métropole girondine; la deuxième tient à la longueur moyenne des déplacements, en augmentation. Autrement dit les nouveaux résidents ne s'installent pas prioritairement en coeur de ville -trop cher - mais en périphérie, et de plus en plus loin. La voiture reste donc le seul mode de transport pratique pour ces banlieusards qui viennent engorger la ville... bien malgré eux.

Pour notre agglomération les choses sont claires: Sa population va augmenter dans les années à venir, non par la volonté des élus, mais tout simplement parce qu'elle est très attractive. Nos concitoyens recherchent la mer et le soleil, toutes les statistiques nationales le montrent. Or nous avons ici la mer et le soleil (et même la montagne en prime!). L'agglomération croît donc de 1% par an environ. Si nous ne voulons pas multiplier les difficultés de circulation nous devons donc agir sur l'urbanisme et lutter autant que possible contre l'étalement urbain. Accueillir une part importante des nouveaux venus en coeur d'agglomération est  nécessaire. Notons au passage que ceux-ci ne viennent pas tous d'ailleurs pour travailler ou goûter leur retraite chez nous. Il y a aussi -et surtout-  nos enfants qui prennent leur envol du nid familial et veulent rester au pays!

Nous savons bien que nous ne pourrons pas loger tout le monde sur le B.A.B. Et puis, est-ce souhaitable? Il faut donc qu'une part des nouveaux résidents s'installent dans les petites villes de l'intérieur ou dans les bourgs ruraux. Pour éviter qu'ils ne viennent tous travailler dans l'agglo, avec les bouchons quotidiens que cela provoque, il est donc indispensable de créer des emplois sur ces territoires du pays basque intérieur. Tout se tient, la mobilité, le logement, l'emploi.

Quoiqu'on fasse, on n'empêchera pas l'augmentation de la circulation globale.  Comment donc éviter les désillusions bordelaises? en anticipant et en ne mettant pas tous nos oeufs dans le même panier. janvier 2011 003

Il ya les transports en commun, certes, mais aussi la marche à pied, les deux roues, le covoiturage, l'auto-partage...

 

Réduire la longueur des déplacements contraints en rapprochant les emplois et les services publics des lieux de vie, faciliter la ville aux piétons et aux cyclistes, créer les conditions du développement du co-voiturage avec des infrastructures et une réglementation adaptées, faire preuve d'imagination, et ne pas attendre, comme on l'a fait trop souvent ici que le problème soit quasi insoluble pour s'y attaquer... voilà pour les élus et les décideurs locaux quelques pistes de réflexion.

Mais rien ne sera possible si l'opinion ne saisit pas elle-même de ce problème. Certes,  tous les usagers - nous  en sommes - râlent et s'inquiètent. Des associations sont déjà mobilisées, comme "Ami-chemins" à Anglet, ou BIZI. Mais elles sont encore peu nombreuses et souvent prêchent dans le désert. 

A coté du logement, il faut mettre la mobilité au coeur du débat citoyen.  

Repost 0
Published by JP Voisin - dans mobilité, transport
commenter cet article
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 10:28

Quand la municipalité envisage une opération immobilière, aussitôt, nous voyons les riverains se mobiliser pour demander de réduire le programme de logements avec un argument en apparence imparable: cela va faire beaucoup de voitures supplémentaires sur la voirie environnante déjà saturée. "Construisez moins, pour réduire l'invasion automobiles" nous disent-ils en substance.

Remarquons tout d'abord que ce raisonnement n'est jamais opposé aux promoteurs privés. La problématique est pourtant la même. Pourquoi? Sans doute parce que nos concitoyens pensent que les élus sont plus à l'écoute de leurs préoccupations. C'est vrai, et c'est normal.

Constatons ensuite que la difficulté est réelle: il y a sur l'agglomération en général et Anglet en particulier, une circulation automobile de plus en plus intense, et à certaines heures, cela se traduit par des bouchons insupportables. Comment s'y opposer?

En interdisant toute construction en ville au prétexte que lorsqu'on construit 100 logements on amène automatiquement 130 voitures qui viennent encombrer un peu plus nos routes et nos rues?

Ou se logeront les nouvelles générations? Hors de l'agglomération? Il leur faudra alors deux voitures par foyer pour venir chaque jour travailler "en ville" et nous retrouverons leurs véhicules sur notre voirie et nos parkings (qu'ils ne financeront d'ailleurs pas, puisqu'ils paieront ailleurs leurs impôts locaux!). Les habitants de SUTAR qui constatent chaque jours les effets sur leur quartier de ces mouvements pendulaires en savent quelques chose.

On le voit, si on reste sur la logique du tout voiture, si on continue comme par le passé, on va quoiqu'on fasse, à la catastrophe. Il faut construire en ville pour limiter la longueur des déplacements quotidiens, et il faut dans le même temps engager une politique ambitieuse pour proposer une alternative à la voiture. En engageant 200 millions d'euros d'ici 2015 pour la première tranche de transport en commun en site propre, la communauté d'agglomération a clairement fait ce choix.

Rue de Jouanicot et terrains Hirigoyen. 

terrains Hirigoyen 009

 

Toutes les fois qu'une opération d'envergure est engagée sur Anglet, au Maharin, sur les terrains Hirigoyen derrière Leclerc, demain à Hondarro, nous nous posons la même question: "comment améliorer la circulation autour de ce projet?" Comment favoriser l'utilisation des transports en commun? Comment assurer une meilleure sécurité des piétons et des cyclistes pour les déplacements quotidiens? Comment proposer de vraies alternatives à l'automobile? Pour que progressivement nous soyons tous moins dépendants de notre voiture individuelle.

Ce n'est pas en refusant de construire, ce qui signifierait repli égoïste et spéculation accrue, que nous résoudrons les problèmes de circulation, mais en engageant une politique moderne pour une nouvelle mobilité. Les effets n'en seront pas immédiats, ça sera long et difficile, mais nous n'avons plus le choix. Nous n'avons que trop tardé!

 

Un chiffre:

Sur l'agglomération, le taux de motorisation des ménages est de 1,34. Cela signifie qu'un foyer dispose, en moyenne de 1, 34 voitures. Lorsqu'on construit 100 logements, on induit donc la venue de 134 voitures.

Et un autre chiffre:

La taille moyenne d'un ménage angloy est de 2 personnes, tout rond. Quand on construit 100 logements, on héberge donc 200 personnes.

Repost 0
Published by JP Voisin - dans mobilité, transport
commenter cet article
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 22:55

Les études pour le bus en site propre avance. Le SMTC et la communauté d'agglomération viennent de boucler avec l'aide de l'agence d'urbanisme le dossier Grenelle 2 pour la réalisation d'une première tranche de travaux. 

Les deux première lignes qui seront réalisées entre 2013 et 2015 sont les lignes A1 (Biarritz, Anglet-centre, BAB2, Balichon, Bayonne-centre, Sainte-Croix) et B (Anglet-Sutar, Bayonne-centre, Tarnos). Ces deux lignes desserviront à elles seules 65 000 habitants soit 50% de la population de l'agglo, 66% des scolaires, et 57% des emplois.  On voit donc leur efficacité.

 L'ancienne nationale 10 va être entièrement relookée avec le bus en site propre en position centrale, deux voies pour la circulation automobile de chaque coté, une piste cyclable et de larges trottoirs. trois lignes de bus l'emprunteront, soit un bus toutes les trois minutes dans chaque sens.

Cette transformation du paysage urbain est indispensable si on veut réduire la place de l'automobile dans les déplacements quotidiens et éviter à terme la paralysie du trafic.

Repost 0
Published by JP Voisin - dans mobilité, transport
commenter cet article
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 19:39
Monsieur Michel Veunac, Président du syndicat mixte des transports en commun (SMTC) a tranché: le prochain concessionnaire qui va reprendre la STAB est Véolia. Un conseil d'administration devrait confirmer ce choix le 8 mars. Exit Transdev.

Le combat entre les deux groupes a été acharné; résultat: Pour le même prix - le SMTC déboursera 13,4 millions d'euros-  le nouveau venu proposera 40% de kilomètres parcourus en plus. Il s'engage à transporter 10 millions de personnes par an dans six ans, à rapprocher des 6 millions de passagers d'aujourd'hui.

Les élus d'Anglet
qui siègent au conseil d'administration du SMTC - Jean-Pierre Roux, Joseph Celan et moi-même-  se réjouissent du résultat. Et ils seront très attentifs à la mise en oeuvre du contrat par Veolia. Ils veilleront en particulier aux conditions de travail des salariés de la STAB. Il est évident que ceux-ci ne devront pas faire les frais de ce changement de concessionnaire. Les  relations entre partenaires sociaux, plutôt bonnes jusqu'ici dans l'entreprise, devront être renforcées et si possible améliorées.

Le Maire d'Anglet, qui a écrit à plusieurs reprises au président du SMTC sur ce sujet, souhaite que la politique tarifaire qui va être mise en place soit plus sociale que par le passé et incite nos concitoyens à abandonner leur voiture pour le bus
. D'ores et déjà il a annoncé que la ville d'Anglet renforcerait dans ce domaine son aide aux publics les plus en difficulté.

L'amélioration du réseau annoncé avec cette nouvelle concession s'inscrit dans une politique volontariste en faveur des transports en commun, nouvelle sur l'agglomération. Création de voies de bus en site propre, cadancement amélioré, rénovation du matériel, politique tarifaire incitative, réseau de vélos gratuits, navette des plages: la révolution tranquille des transports en commun sur l'agglomération est en marche. Les élus de la majorité d'Anglet qui regrettaient quand ils étaient dans l'opposition la frilosité des collectivités locales dans ce domaine, sont heureux d'y prendre une part active. Sans triomphalisme car, si la direction prise est bonne, rien n'est définitivement gagné et les résultats ne pourront pas se mesurer avant plusieurs années.

Repost 0
Published by JP Voisin - dans mobilité, transport
commenter cet article
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 12:14
"Un bon mois de décembre". Si l'on en croit la presse, la fin de l'année à été satisfaisante pour les commerçants de la nationale 10, du Busquet et de BAB2. Le très bon début des soldes sur cette zone du centre d'Anglet semble confirmer la tendance.

Dans le même temps le chronobus confirme son succès avec une fréquentation en hausse de 17 % ce qui représente 20 000 passagers supplémentaires chaque mois.
Sur les arrêts du Busquet on a comptabilisé, en décembre, 2560 montées supplémentaires, par rapport à décembre 2008.

On ne peut relier totalement les deux faits - bonne tenue du chiffre d'affaire des commerces riverains et succès du bus en site propre. Il y a sans doute des causes plus larges; il faudra examiner attentivement l'évolution de la consommation en cette fin 2009 et début 2010 sur d'autres territoires pour affiner l'analyse. Mais on ne peut non plus exclure que les deux progressions soient en partie liées et que la mise en place de Chronobus profite aux commerces environnants. On constate partout en France cette même évolution. Ce qui est remarquable ici c'est qu'elle est rapide, alors même que le site propre n'est pas pleinement opérationnel. Le centre d'Anglet, coeur géographique de l'agglomération s'impose  chaque jour davantage comme un pôle commercial majeur.
La collaboration entre les commerçants, les élus, les techniciens de la CABAB et du syndicat mixte des transports y a sans doute contribué.
Repost 0
Published by JP Voisin - dans mobilité, transport
commenter cet article
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 21:55
Les chiffres de fréquentation du "chronobus" sur l'ancienne RN 10 sont très encourageants: On constate pour la première quinzaine d'août une augmentation du nombre de personnes transportées.
Première quinzaine d'août 2008: 41000 passagers
Première quinzaine d'août 2009: 55000 passagers, soit une hausse de 33%
On a sorti de ces chiffres les fréquentations des samedis, car avec la gratuité pratiquée cette année, on ne peut guère les comparer. La hausse dépasse ces jours là les 50%!
(chiffres communiqués par la STAB)
Repost 0
Published by JP Voisin - dans mobilité, transport
commenter cet article
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 21:47

A la mi-août il est prématuré de faire un bilan de la création d’un couloir réservé au bus sur la RD 810, dans la traversée d’Anglet et de Bayonne. Mais on peut faire un point d’étape pour voir les premiers enseignements de cette transformation de l’ex RN 10.

 

Le premier chantier d’une modernisation en profondeur.

Clarifions tout de suite les enjeux :

La création d’un TCSP (transport en commun en site propre) sur l’axe qui relie les centres de Biarritz, Anglet et Bayonne est irréversible. L’agglomération regroupe 120 000 habitants : c’est donc une vraie ville, même si les angloys ont le sentiment d’être encore un peu à la campagne. Une ville ou se déplacer est de plus en plus difficile. Si rien n’est fait il n’est nul besoin d’être grand clerc pour comprendre que nous allons à court terme vers un blocage généralisé de la circulation.

Pour éviter cette catastrophe annoncée une seule solution : offrir une alternative à l’automobile. Il faut donc favoriser les modes de déplacements « doux » et les transports en commun pour inciter tous ceux qui le peuvent à renoncer à leur voiture. Si, 10 ou 20% des automobilistes d’aujourd’hui abandonnent leur véhicule parce qu’il est plus pratique et moins cher de prendre le bus, alors le pari sera gagné.

Pour ceux qui viennent de la périphérie il faut aménager des parkings relais en entrée de ville, avec des lignes de bus qui les conduiront partout dans l’agglomération.

Pour ceux qui habitent le cœur de la ville –autrement dit le B.A.B.- il faut rénover le réseau, le rendre plus pratique, plus rapide, moins cher, pour qu’ils l’utilisent quotidiennement. Chronobus, c'est-à-dire la ligne 1 aménagée en site propre sur une bonne partie de son parcours, est le premier chantier de cette modernisation en profondeur : il ne peut être question d’y renoncer. Jean Espilondo, le Maire d’Anglet est fermement au coté du Président de la communauté d’agglomération sur ce dossier déterminant pour l’avenir.

 

Une phase nécessairement expérimentale

Il est évident que cette mutation est douloureuse : nous entendons les critiques qui nous parviennent en grand nombre des utilisateurs de la RN10 : La circulation automobile y est plus contrainte que par le passé. Les commerçants du Busquet et des Pontots nous disent leur inquiétude, et craignent que leurs clients ne se détournent de leurs boutiques. Nous comprenons ces irritations et ces craintes : elles sont légitimes, et ne diffèrent en rien des réactions suscitées en d’autres lieux par des aménagements identiques. Partout les créations de voies réservées au bus, ou de tramways ont provoqué colère, incompréhension et manifestations de rejet. Mais partout, après un temps d’adaptation, il a été constaté une amélioration de la circulation et une augmentation de la fréquentation commerciale.

 

Ceci dit la phase actuelle, nécessairement expérimentale, nous a conduits à constater des dysfonctionnements sur lesquels ont travaillé les services techniques de la ville d’Anglet, de la CABAB et du Syndicat mixte des transports. Les observations et les propositions nombreuses des usagers ont été examinées. Des réunions se sont tenues tout l’été avec les représentants des commerçants, ce qui a permis de prendre la mesure de certaines difficultés. Voilà pourquoi, par exemple, nous avons entrepris d’améliorer le fonctionnement des deux extrémités du tronçon aménagé sur la RN 10 : le carrefour Saint-Léon à Bayonne, le carrefour Saint Jean à Anglet. Sur ce dernier site, les travaux réalisés le 18 août permettent de rétablir deux files pour la circulation automobile, entre Saint-Jean et le feu tricolore de la rue du 11 Novembre. D’autres travaux d’aménagements seront conduits, en concertation avec les commerçants riverains qui sont les meilleurs observateurs de la circulation passant devant chez eux.

 

Des chiffres encourageants

Les premiers chiffres de la fréquentation sur la RN 10 pendant le mois de Juillet sont encourageants.

La circulation automobile qui avait chutée à 24 000 véhicules pendant les travaux de l’hiver dernier est remontée à 26 000 véhicules. La fréquentation sur la ligne 1 à augmenté de 11% par rapport à juillet 2008. Des résultats jugés très satisfaisants par les spécialistes, compte tenu du fait qu’il faut du temps pour que le public modifie ses modes de déplacements.

 

¨Préparer l’avenir

Le syndicat mixte des transports en commun, sous la présidence active de Michel Veunac, travaille maintenant à la préparation de la rentrée scolaire, en collaboration avec les chefs d’établissement. La ville d’Anglet, par l’intermédiaire de ses élus et de ses ingénieurs, participe à cette préparation. Chronobus dessert de nombreux établissements scolaires, dispersés autour de la RN 10, sur Bayonne et sur Anglet. Il convient de faire en sorte qu’il soit pleinement efficace et que chacun puisse normalement rejoindre son collège, son lycée, son université ou tout simplement son travail par le mode de transport qui convient à sa situation particulière.

 

Et puis il faut penser à la suite. La zone commerciale du Busquet et des Pontots est en pleine mutation : prévue pour l’automobile car éloignée des centres villes il y a vingt ans, elle se trouve aujourd’hui au cœur de l’agglomération. Son offre commerciale est la plus complète qui soit, de l’hyper à la petite boutique : comment l’aménager pour le piéton et le cycliste, maintenant que la voiture n’est plus le seul moyen d’y accéder rapidement ? C’est ce travail de réflexion que la ville d’Anglet et la communauté d’agglomération vont engager maintenant, avec les professionnels du secteur. Sans attendre, pour cet hiver, la ville d’Anglet propose de mettre des vélos gratuits à disposition du public sur la zone commercial du centre d’Anglet.

Jean-Pierre Voisin

Repost 0
Published by JP Voisin - dans mobilité, transport
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • : Jean-Pierre Voisin, adjoint au maire d'Anglet de 2008 à 2014 en charge de l'urbanisme, livre ici son point de vue sur les dossiers locaux et dialogue avec les angloys. Ses propos n'engagent que lui-même.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens