Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 21:47
Combien de logements seront construit au Maharin? A cette question que beaucoup d'angloys posent il n'y a pas aujourd'hui de réponse. Pourquoi?
Parce que le nombre de logements sera imposé par les contraintes du site.
Et celui-ci est complexe.
Il faut traiter le problème hydraulique, car pour les quartiers environnants c'est une priorité. Il faut prendre en compte le bilan écologique du site: il y a des zones naturelles à préserver; une espèce animale  -le fameux crapaud accoucheur- qui doit être protégée;  le bâti doit respecter le paysage, et tenir compte de la qualité des sols. (On peut consulter sur le site internet de la ville le diagnostic du Maharin). N'oublions pas les résultats de la concertatation en cours qu'il faudra aussi intégrer.
Le nombre de logements souhaitable pour que les principes du développement durable soit respectés sera donc donné par les urbanistes quand ils auront pris en compte tous ces paramètres. Pour l'heure  les chiffres qui circulent sont fantaisistes et ne reposent sur rien.

Pour le nombre de voitures, c'est la même chose.
Leur nombre estimé sera fonction du nombre de logements.
Donnons quelques repères: Le taux de motorisation est à Anglet de 1,3 véhicule par ménage. On peut donc prévoir raisonnablement 130 voitures pour 100 logements réalisés. Le PLU impose 1,5 places de parking par logement du parc privé et 1 place par logement social
Mais n'oublions pas que le Maharin sera un "écoquartier", donc un quartier qui donnera la priorité aux circulations douces et aux mode de déplacements alternatifs à la voiture. Trois lignes de bus le desserviront.

La municipalité pose cependant un préalable: la mixité sociale et générationnelle doit être assurée. C'est la raison pour laquelle elle a décidé que 40% des logements construits seraient des logements locatifs sociaux, que 20% seraient réservés à l'accession sociale à la propriété et que 40% relèveraient du marché libre. Elle porte en même temps un projet de maison de retraite et un accueil de jour pour malades d'Alzheimer qui seront construit en borfure de l'écoquartier.
Rappelons qu'un écoquartier se prête à des initiatives collectives. Si de futurs habitants de l'écoquartier se regroupent et proposent à la municipalité un projet innovant sur le plan social, environnemental ou architectural, il sera accueilli avec intéret. 
Partager cet article
Repost0
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 23:08
La plaine sur laquelle va être construit l'écoquartier du Maharin jouait autrefois un rôle important de régulation hydraulique en servant de bassin de rétention en cas de crue. L'eau s'étalait naturellement dans la prairie, évitant que les riverains ne soient inondés.
Comment le site a-t-il perdu cette capacité? Pourquoi aujourd'hui les riverains sont-ils régulièrement inondés?
Un compte rendu d'une réunion qui s'est tenue en mairie le 6 octobre 1989, qui rassemblait des riverains et des techniciens, donne un début de réponse. Que lisons-nous dans ce compte rendu:

"... Le district BAB procède au remblaiement de ses terrains dans la partie basse de la Butte aux cailles, pour y réaliser un stade. Il est cependant précisé que le bassin de rétention prévu par le plan d'occupation des sols sera réalisé."

Des remblais qui interdisent le débordement du ruisseau, réalisés en particulier par le district BAB, un bassin de rétention promis en 1989 et toujours pas réalisé... Nous avons là un début de réponse à la question lancinante que nous posions plus haut: Pourquoi les riverains sont-ils depuis vingt ans régulièrement inondés?
Il est urgent de redonner à la plaine du Maharin sa fonction initiale. C'est une priorité du futur aménagement de l'écoquartier. Car parfois il ne suffit pas de préserver la nature, il faut la restaurer dans son fonctionnement premier, donc effacer des aménagements, réalisés de bonne foi, dont les effets se révèlent désastreux.
Aujourd'hui, en appliquant rigoureusement les principes du développement durable, on peut redonner à la plaine du Maharin sa capacité à réguler les crues, tout en l'ouvrant aux angloys pour qu'ils profitent de son paysage naturel. Les logements qui y seront construit, loin de détruire l'environnement crontribueront à une cohabitation harmonieuse de la ville et de la nature.
ssl11196-copie-1.jpg Inondation en aval de la plaine du Maharin, en mai 2007.
Partager cet article
Repost0
15 août 2009 6 15 /08 /août /2009 16:46

Entre le pignada, en haut sur la photo, et le boulevard du BAB, en bas, le site du futur écoquartier.




Un écoquartier est en cours d’étude sur le site du Maharin. De quoi s’agit-il ?

Un écoquartier est un nouveau quartier, construit sur les principes du développement durable : respect de l’environnement, mixité sociale, intégration de l’économie.

Le futur écoquartier du Maharin ne sera pas un laboratoire ou seraient expérimentées le plus possible de solutions écologiques originales, au risque de faire un espace « témoin » certes remarquable mais qui ne serait pas reproductible. Notre intention avec cette écoquartier est plus modeste : Créer un quartier qui ouvrira une voie nouvelle pour les prochaines opérations d’urbanisme sur Anglet. Faire un exemple reproductible !

Car nous affirmons, pour la révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU) qui commence, deux objectifs que certains pourraient penser contradictoires mais qui pour nous sont complémentaires car ils s’inscrivent dans une logique de développement durable :

-Construire Anglet pour Tous tout d’abord, ce qui suppose une volonté forte de réaliser des logements à prix accessibles au plus grand nombre, donc d’accueillir sur notre territoire des populations qui en sont aujourd’hui écartées.

-Mais aussi Préserver l’identité des quartiers qui fondent l’âme « villageoise » de notre ville.

Comment construire plus et en même temps préserver les espaces verts, les quartiers pavillonnaires, les petits centres de vie qui se constituent autour de quelques commerces de proximité dans une rue ou sur une place ? Comment construire plus en restaurant une nature de plus en plus menacée, en mettant en valeur notre patrimoine? Nous affirmons que cela est possible, et nous en apporterons la preuve par l’exemple en réalisant le quartier du MAHARIN.

     

 Le MAHARIN, défi écologique.

Le site est structuré par le ruisseau le Maharin qui le traverse d’ouest en est.

Ce ruisseau est chargé d’histoire puisque les écrit anciens nous apprennent qu’à la fin du moyen âge des barges le remontaient venant du port de Hausquette, sur l’Adour jusqu’au Port de Gala, au pied du plateau du Refuge, pour décharger leur cargaison de grain ou de cidre. La rue Port de Gala, à l’ouest du futur écoquartier témoigne de ce passé.

Aujourd’hui simple fossé au débit capricieux, le Maharin est en partie enserré sur le secteur qui nous intéresse par des remblais récents (photo ci-dessous) qui lui interdisent de s’étaler quand son débit augmente, ce qui provoque des inondations en aval. 

 


Le futur quartier devra être exemplaire pour la gestion des eaux.

Il convient tout d’abord de restaurer les berges et de traiter le ruisseau pour éviter les inondations générées par les pluies d’orages. Plutôt que de construire un bassin de rétention de 2000 m3 que les techniciens ont calculé et programmé, il faut peut-être imaginer une plaine inondable, de plus grande capacité si possible, qui remplirait plus naturellement cet office de volume tampon.

 

 L’aménagement du quartier pourrait ensuite s’appuyer sur les fossés existants, qui drainent les terrains alentours, pour organiser le réseau qui récupèrera les eaux de ruissellement. D’une manière générale on recherchera les méthodes les plus naturelles pour gérer aux mieux les eaux de pluie et les eaux usées récoltées sur le quartier, pour en faire un élément structurant du paysage et réduire autant que possible l’impact des aménagements sur le réseau hydraulique. Le quartier, au lieu de conduire à une dégradation de la gestion hydraulique du bassin versant du Maharin contribuera au contraire à lisser les pics de débits en cas d’orage, donc à réduire les risques d’inondation.

 

L’espace naturel

Les 8 hectares sur lesquels sera construit l’écoquartier sont divers : espaces boisés, taillis, terrains remblayés envahis par une végétation pionnière… Un diagnostic écologique du site a été réalisé par un bureau d’étude spécialisé, Rivière environnement, qui doit remettre son rapport avec des préconisations pour le mois de septembre 2009. L’objectif est de bien connaître les spécificités de la faune et de la flore de manière a préserver ce qui doit l’être et de faire des aménagements respectueux de l’écosystème et de l’histoire de ce lieu. Naturellement les conclusions du bureau d’études seront communiquées au public.

D’ores et déjà on sait que le crapaud accoucheur, espèce protégée, est présent sur le site et imposera des contraintes spécifiques pour respecter son habitat.

 

L’écoconstruction

Les ouvrages qui seront construit respecteront les principes de l’écoconstruction : Bâtiments à basse consommation, matériaux sains, gestion de l’eau, gestion des déchets, traitement des espaces publics ….On ne cherchera pas systématiquement l’innovation technologique, mais on aura le souci de faire simple, au moindre coût, en ayant à l’esprit la facilité d’usage et l’économie d’entretien.

 

  On évitera au maximum l’imperméabilisation des sols.

 

Les déplacements dans le quartier et autour du quartier.

La gestion des déplacements dans l’écoquartier pose la question de la place de la voiture. Il est évident que les résidents doivent pouvoir accéder à leur logement en voiture, que les commerces de proximités doivent être desservis. Mais il ne doit pas y avoir d’axe routier traversant sud-Nord ou est-ouest, ouvert à l’automobile. L’espace central de l’écoquartier doit être réservé au piéton et au cycliste. Il serait souhaitable de créer un cheminement « doux » qui relierait la Butte aux cailles au Pignada, et un autre qui longeant le Maharin, rejoindrait les rives de l’Adour. Les lignes de bus devront être adaptées pour tangenter le nouveau quartier. Le cœur du quartier, le long du ruisseau, pourrait être un espace vert, lieu de rencontre, de promenade et de jeux pour les enfants.

 

Le MAHARIN défi social

Sur le Maharin, on mixera les activités et les populations. Cette écoquartier ne sera pas un ghetto pour « bobo », mais un lieu vivant ou toutes les classes sociales, toutes les générations, se côtoieront.

On ne peut aujourd’hui dire combien de logements seront crées sur le site : cela dépendra largement des préconisations écologiques. Ce qui est sûr c’est que des espaces naturels importants seront conservés ou restaurés, et qu’il y aura  moins de logements que sur le site de Baby-relax situé juste au sud, de l’autre coté du BAB.

La volonté des élus porteurs du projet est de disposer d’environ 40% de logements sociaux, auxquels il convient d’ajouter des logements en accession sociale. La typologie des logements sera étudiée de manière à pouvoir accueillir des familles, mais aussi des personnes âgées ou handicapées (au rez-de-chaussée des immeubles ?). Rappelons pour mémoire que le premier équipement réalisé sera une maison de retraite (EHPAD) de 80 lits, et un accueil de jour pour malades d’Alzheimer de 20 places.

 

Ce nouveau quartier sera ouvert aux quartiers environnants qui y trouveront un espace public vert aménagé et de qualité. Les enfants de la Butte aux cailles, de Port de Gala et ceux de l'écoquartier, pourront se rendre à l’école maternelle de Camiade par un cheminement piétonnier, loin de la circulation automobile.

 

Le MAHARIN défi démocratique

L’information et la concertation seront au cœur de la démarche de conception de cet écoquartier ; Dès septembre 2009, un cabinet conseil sera recruté chargé d’organiser la concertation avec les riverains des quartiers avoisinants et des associations de défense de l’environnement.

Exemplaire dans sa conception, respectueuse de l’environnement, le quartier du Maharin le sera aussi dans son élaboration, s’appuyant largement sur une démocratie participative.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • : Jean-Pierre Voisin, adjoint au maire d'Anglet de 2008 à 2014 en charge de l'urbanisme, livre ici son point de vue sur les dossiers locaux et dialogue avec les angloys. Ses propos n'engagent que lui-même.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens