Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 août 2014 7 17 /08 /août /2014 00:44

Ce blog a cinq ans. je l'inaugurai le 14 août 2009 par un article consacré à Georges Rousse qui exposait alors à Beatrix Enea. Voici cet article, dont je ne changerais pas une ligne. Depuis ce blog a accueilli 30484 visiteurs qui ont parcouru 60084 pages des 234 articles que j'ai écrits au fil du temps.

Rêve est une oeuvre de Georges Rousse qu'on peut voir dans le hall d'entrée de la villa Beatrix enea, rue Albert le Bariller à Anglet. 

Un escalier blanc monte vers quelque part, monte vers une lumière discrète qui souligne les volumes.

Sur l’escalier une invitation, RÊVE. Graphisme noir, impératif, inévitable.

Faut-il monter pour atteindre ce rêve ? Ou faut-il ici, en bas, s’abandonner à la magie du lieu ?

Faut-il gravir les marches, s’avancer vers l’inconnu, pour la découverte de l’inattendu ?

Faut-il au contraire, dès maintenant s’installer au bureau vide, qui nous attend au pied de l’escalier, pour s'atteler à la tâche et construire ce rêve ? Sans attendre car il y a urgence !

Ne faut-il pas en définitive faire les deux, s’élever toujours vers l’inaccessible étoile, et dans le même temps, inventer au quotidien, là ou nous sommes, les rêves de demain.

 

Pour lire RÊVE quand on est au pied de l’escalier, il faut trouver la juste place. Un peu trop à droite, un peu trop bas, l’œil ne voit que des tâches noires sur les murs, la balustrade, le poteau. Des tâches sans cohérence, qui ne signifient rien. Pour lire le mot qui se détache avec netteté sur le décor il faut trouver la position précise de l’objectif : la juste place. Pour que le rêve s’incarne il faut être à sa place, précisément. Au quotidien, ce n’est pas le plus facile, car cela exige rigueur, lucidité et modestie.

 

Adjoint à l’urbanisme et au logement, je travaille au quotidien sur la ville et l’architecture. De quels bâtiments, de quelle ville je rêve ? Mais aussi de quel logement, de quelle ville rêvent nos concitoyens. Ce rêve est-il à la hauteur des besoins, des exigences de demain ? Comment faire en sorte que les rêves les plus beaux s’incarnent un jour sur le territoire angloy ? Comment plus modestement faire que demain ne soit pas le cauchemar que d’aucuns prédisent, fruit assuré de l’inaction et du manque de courage ?

Comment rêver pour mieux servir Anglet et les angloys ?

 

JPV

Le samedi 8 août 2009.
 

Repost 0
Published by JP Voisin - dans art culture
commenter cet article
1 août 2013 4 01 /08 /août /2013 17:01
Anglet, une ville qui bouge.

Des personnes étrangères à notre commune me disent souvent: "Anglet? C'est une ville qui bouge!". est-ce un compliment?

Certes, il vaut mieux bouger que d'être immobile. Ne pas bouger dans un monde où tout bouge c'est se condamner au déclin. Ne pas bouger en matière d'urbanisme par exemple, en rester sur les schémas des années 80-2000, s'est condamner la ville-jardin, accepter un bétonnage sans limite, renoncer à la mixité sociale qui fait la richesse humaine de notre ville. S'est constater impuissants que nos écoles se vident, que nos paysages se dégradent, que chacun se replie derrière des murs toujours plus hauts. Oui assurément, il faut bouger!

Mais le mouvement en soi n'est pas vertu! Nous étions de ceux qui reprochaient à Nicolas Sarkozy "son agitation". Se démener au gré des événements, sur-réagir à une actualité qui brûle aujourd'hui ce qu"elle adorait hier, c'est bouger certes, mais certainement pas gouverner. Gouverner c'est agir en tenant le cap, malgré les tempêtes, malgré l'actualité, parfois malgré l'impopularité.

Anglet bouge donc. Est-ce à bon escient? Y a-t-il un projet, une vision de l'avenir derrière tous ces chantiers, toutes ses initiatives?

Remarquons tout d'abord que si la ville bouge, on ne le doit pas seulement à la municipalité mais aussi à une multitude d'initiatives venant d'associations, d'entreprises ou de personnes privées. Car la force d'Anglet, sa principale richesse, ce sont les angloys dans leur extraordinaire diversité. Prenons l'exemple de l'art contemporain, un exemple que m'inspire l'actualité. Ce week-end prochain, la FLAK (la Foire Locale des Arts Kontantpourrien!) se déroulera sous les frondaisons du parc de Montaury, à l'initiative d'Arcad, une association angloye(1). Cependant que la biennale d'art contemporain continuent d'interroger la foule des estivants par ses œuvres originales dispersées sur le littoral et à BAB2; manifestation reconnue, pilotée celle-là par la municipalité. Anglet s'affirme ainsi, une fois encore, avec deux manifestations de taille et d'ambition différentes comme un lieu original de la création contemporaine.

Le rôle de la municipalité s'est de faciliter, susciter, coordonner. Il ne s'agit pas d'encadrer mais d'encourager. Le rôle de la municipalité s'est de proposer des orientations, de fixer quelques règles et de libérer les initiatives;

Ce qui est vrai pour l'art contemporain ,l'est aussi en matière de logement par exemple. Les promoteurs peuvent jouer leur partition... dans un cadre clairement fixé qui a défini des priorités : mixité sociale, et c'est une règle imposant 40 % de logements sociaux, préservation de la ville jardin, et c'est l'obligation d'un pourcentage de "pleine terre" dans tout nouveau programme immobilier.

Anglet bouge, oui, certainement. mais avec un cap! Et c'est ce qui compte au final.

Il y a ceux que la nostalgie aveugle, qui voudrait faire du rétro-pédalage, revenir aux temps où Anglet était une cité maraîchère à l'ombre de ces deux grandes sœurs, Bayonne et Biarritz : est- ce bouger que de reculer?

Il y a ceux qui voudraient que tout s'arrête. "Monsieur Voisin, on n'est pas bien comme ça?" m'interrogeait une vieille voisine, opposante au futur écoquartier du Maharin qui va transformer notre quartier. Même si, c'est vrai on est très bien comme ça, chacun sait bien que tout figer est impossible. Car il faut loger nos enfants, et leur donner du travail, et leur laisser une terre habitable, "durablement".

Il y a ceux enfin qui veulent que "ça bouge". Reste à définir clairement les enjeux, les choix possibles, les grandes orientations à prendre. Il y a matière à vrai débat.

Pendant six ans, la municipalité a contribué fortement à "faire bouger Anglet", avec une orientation affirmée, "Anglet pour tous". Il faudra en dresser le bilan. Avant de fixer un nouveau cap.

(1) Une très belle balade à faire dans le parc de l'université de Montaury, ce samedi 3 et dimanche 4 août, l'occasion aussi de découvrir qu'au sud du parc, les Landes de Juzan changent progressivement avec la résidence universitaire et le C FA de la fédération Compagnonnique, en attendant la suite... Voir sur ce blog l'article "l'art dans la clairière" du 22 juillet 2012.

Une image de la FLAK 2012.

Une image de la FLAK 2012.

Repost 0
Published by JP Voisin - dans art
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • : Jean-Pierre Voisin, adjoint au maire d'Anglet de 2008 à 2014 en charge de l'urbanisme, livre ici son point de vue sur les dossiers locaux et dialogue avec les angloys. Ses propos n'engagent que lui-même.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens