Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 12:22

La communauté d'agglomération Cote-basque Adour vient de se doter d'un schéma d'armature commerciale. De quoi s'agit-il?

La ville et le commerce sont étroitement liés. Une ville commerçante est une ville vivante. A l'inverse, un quartier où un village sans commerce est un quartier où un village qui vit mal. 

Par ailleurs, la multiplication anarchique et incontrôlée des commerces produit des effets pervers: certains commerces traditionnels périclitent avec leur lot de drames humains, les zones commerciales périphériques prolifèrent au détriment des centres urbains, et des friches commerciales commencent à apparaitre au coté des friches industrielles. La logique du seul profit immédiat produit des effets catastrophiques.

Sur l'agglomération les opérations commerciales d'envergure déjà programmées où à l'étude se multiplient, menacant les commerces existants. On nous annonce des projets qui , s'ils se réalisaient tous, cumuleraient 200 000 m2 de plancher, soit la moitié de la totalité des commerces de toutes natures aujourd'hui existants ! Au nom de la ville d'Anglet j'ai donc plaidé pour que l'agglo se saississe de ce dossier et essaye de contrôler l'évolution commerciale. Pour que tous soient gagnants: les commerçants, les consommateurs et l'ensemble des habitants. Le schéma d'armature commercial que l'agglomération vient d'adopter poursuit cet objectif.

 

Le schéma d'armature commerciale et les "coups partis".

Le schéma a pour ambition: 

- de préserver et dynamiser l'existant, en particulier les commerces de proximité dans les quartiers, les commerces de centre-ville à Bayonne et Biarritz, le coeur commercial d'Anglet autour de BAB2.

-de contrôler le développement  des nouveaux ensembles commerciaux, pour qu'ils apportent plus de qualité de vie et structurent la ville sans étalement inconsidéré.

Le schéma constate les "coups partis", en particulier Inter-IKEA et le projet d'Ondres qui ont été validés en CNAC (commission nationale d'urbanisme commerciale). Anglet a fait savoir en son temps qu'elle n'était pas favorable à ces projets et a voté contre au sein du SCOT (schéma de cohérence territoriale) (1), mais nous avons considéré qu'il était important d'avancer et pour ne pas bloquer le processus nous avons accepté que le schéma d'armature commerciale de l'agglomération les prenne en compte. Ce qui est important à nos yeux est d'avoir un outil qui nous permette de dialoguer avec les opérateurs commerciaux et qui intègre la dimension commerciale dans la ville "durable" que nous appelons de nos voeux.  

 

Des commerces qui rayonnent sur la région... ou sur leur quartier.

Le schéma distingue les commerces de centre ville (où de centre-bourg), les commerces de périphérie et les commerces d'opportunité qui s'installent le long des axes de circulation pour capter la clientèle de passage. Il définit aussi différent niveau de rayonnement pour chaque secteur. La zone commerciale de BAB2 par exemple est repérée comme ayant un rayonnement régional, l'ensemble  autour du  Leclerc, le long du BAB a un rayonnement inter-communal, les commerces de l'avenue de Montbrun et du carrefour Fine ont une fonction de proximité... Tous les secteurs et quartiers de l'agglomération sont ainsi soigneusement analysés. Et pour chacun le schéma propose des modalités d'évolution qui permettent la modernisation et la libre concurrence tout en évitant de déstabiliser les ensembles commerciaux les plus fragiles, indispensables au bon fonctionnement de la ville.

On se doute que ce travail, qui s'appuie sur une étude d'un bureau spécialisé - Bérénice - et sur des études parallèles de la CCI, a nécessité de nombreux arbitrages. Près de deux ans d'étude ont été nécessaires. Lancé en août 2010, le schéma d'armature commerciale a donc été voté ce 30 mars 2012 en conseil d'agglomération.

 

Le cas d'Iraty

Au cours de ce conseil, les représentants de la ville de Biarritz se sont abstenus. Pourquoi?

Pour marqué leur désaccord avec le traitement réservé au quartier d'Iraty, près de la gare de la négresse. Petit retour en arrière.

Les élus de l'agglomération qui travaillaient depuis plus d'un an sur le projet d'armature commerciale ont appris à l'automne dernier que Biarritz portait un projet commercial d'envergure sur le site d'Iraty, en dessous de la grande Halle qui accueille depuis deux ans les salons et expositions. Fin Novembre le Maire de Biarritz explicitait son projet et annoncait un centre commercial autour du magasin Leclerc d'une superficie de l'ordre de 5000 m2 et des petites boutiques représentant 20 000 m2!

Il y a quelques jours nous apprenions qu'une CDAC (commission départementale d'urbanisme commercial) était convoquée début avril pour examiner une demande d'un opérateur privé portant sur un projet de 18 000 m2 de surface de vente (2) . Les élus des quatre autres villes de l'agglo - Bayonne, Boucau, Bidart et Anglet - se prononcaient contre ce projet en réunion de bureau le 26 mars, puis au cours d'un autre bureau exceptionnel le 28 mars. Le 30 mars, en conseil d'agglomération le Maire de Biarritz proposait de ramener la surface de vente du projet à 10 000m2, mais demandait le classement de la zone d'Iraty en "centralité urbaine à rayonnement inter-communal". Le président de l'agglomération proposait après débat de voter le schéma d'urbanisme commercial en l'état - il prévoit pour Iraty un classement en zone commerciale à rayonnement inter-quartier - et d'examiner ensuite, paisiblement, le devenir de ce quartier de Biarritz, une  modification du schéma étant toujours possible après coup. Les élus biarrots choisissaient alors de s'abstenir.

 

Le devenir du quartier d'Iraty.

Ce quartier placé entre l'aéroport et la gare de la Négresse occupe une position stratégique, au sud de l'agglomération. C'est aujourd'hui une zone déqualifiée mais en mutation rapide: La grande halle d'Iraty qui le domine accueille des salons et expositions d'envergure. Un magasin Leclerc de 2500 m2 de surface de vente s'est récemment installé. L'ATABAL, haut lieu des musiques amplifiées, draine une population jeune... Classée au PLU de Biarritz en zone à vocation économique c'est indiscutablement un quartier d'avenir. Mais quel avenir? Là est la question!

Placé à deux pas de l'aéroport et de la gare, à proximité des sorties d'autoroute, il est cependant enclavé, mal desservi par les transports en commun. Le premier chantier est d'étudier son désenclavement et sa mise en réseau avec les quartiers avoisinants : la Négresse à Biarritz, Brindos à Anglet, le reste de l'agglomération par la RD810 et le Boulevard du BAB tout proches. Regroupant des activités artisanales de toutes natures, c'est un quartier dont le bâti est médiocre, manquant d'espaces publics de qualité. Doit-il rester une zone à vocation économique ou - au contraire - peut-il diversifier ses fonctions : artisanales et industrielles mais aussi commerciales,  tertiaires, et peut-être même résidentielles? Cela mérite d'être étudié. Il appartient bien sûr à la ville de Biarritz de définir l'avenir qu'elle souhaite pour ce coin de territoire, une réelle opportunité pour cette ville très dense par ailleurs et qui manque d'espaces disponibles. Mais cela ne peut se faire dans l'ignorance des proches voisins, en particulier de Bidart et d'Anglet. A Anglet nous avons aussi des projets, que nous avons présenté à l'agglo en temps utile. Nous avons des commerces que nous voulons protéger, et un ambitieux programme de requalification de notre centre que nous voulons conduire à bien. Nous serons donc attentif aux propositions que pourraient nous faire Biarritz pour que le projet d'Iraty renforce le potentiel urbain sur les franges sud de notre commune. Et nous sommes prêt à collaborer avec les biarrots  au sein de l'agglomération- s'ils le souhaitent - pour faire d'Iraty un pôle important de la ville de demain.

Ce qui est sûr:  sans études approfondies, il n'était pas possible de décider ce vendredi 30 mars du devenir d'Iraty.

10 000 m2? Est-ce le bon chiffre? A priori c'est beaucoup trop. Avec quelle structure, avec quels  commerces? Il faut en débattre. "Centralité urbaine", nous disent les élus biarrots? Cette définition correspond-elle au futur quartier? "A rayonnement inter-communal" ajoutent-ils ? Ca se discute avec les autres communes. Quelles règles d'urbanisme commercial allons-nous accoler à cette définition de "centralité urbaine à rayonnement inter-communal", si c'est ainsi que nous choisissons finalement de qualifier Iraty?

Voilà beaucoup de questions qui méritent débat.

 

(1)  voir articles précédants sur ce blog (rubrique "commerces") : IKEA, le SCOT délibère (23/10/2011); IKEA et les autres (26/06/2011); La ville et ses commerces (25/06/2011). 

(2)  IRATY : 10 000 m2 de boutiques (BAB2 = 8000m2),  2800 m2 de moyennes surfaces (BAB2 = 800 m2) et 5000 m2 de grandes surfaces non alimentaires (BAB2 = 3000 m2).

Partager cet article

Repost 0
Published by JP Voisin - dans commerce
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • : Jean-Pierre Voisin, adjoint au maire d'Anglet de 2008 à 2014 en charge de l'urbanisme, livre ici son point de vue sur les dossiers locaux et dialogue avec les angloys. Ses propos n'engagent que lui-même.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens