Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 10:52

Après le débat autour de la salle culturelle qui a enflammé le conseil municipal du 14 septembre, il n'est pas inutile de reprendre quelques questions que se posent nos concitoyens.

 

Quelle est la bonne jauge pour la salle culturelle ?

Combien de spectateurs les salles existantes de l’agglomération peuvent-elles accueillir ?

 

ville

salles

capacités

Bayonne

Théâtre municipal

576 places

Biarritz

Casino municipal

460 places

Casino Bellevue (auditorium)

480 places

Gare du midi

1200 places

 

Conclusion : une salle de 800 places, souhaitée par les professionnels, manquait à l’agglomération. Il y aura donc une vraie complémentarité avec les salles existantes. Contrairement à la salle de Bovero qui avec 473 places était en concurrence avec la salle du théâtre de Bayonne et les salles de Bellevue et du Casino de Biarritz.

 

Cette capacité correspond-elle aux besoins des angloys ?

Le nouveau bâtiment de Quintaou va répondre à une double vocation.

Offrir aux professionnels de la culture un outil performant, pour accueillir des spectacles ambitieux.

Proposer aux associations des possibilités variées. En effet il y aura dans ce nouvel équipement trois lieux différents :

-         la grande salle de 800 fauteuils, qui pourra être recoupée pour offrir une capacité plus faible de 400 places.

-         Une salle de répétition qui pourra accueillir des manifestations plus modestes (théâtre, conférences, assemblées, concerts…), avec 200 places assises ou 400 spectateurs debout.

-         Un espace extérieur, sur le toit du bâtiment, d’environ 300 places. 

Cette modularité exceptionnelle, qui faisait défaut au précédant projet de Bovero, fait de la salle de Quintaou un équipement pouvant accueillir des spectacles et manifestations très variés. Les associations pourront s’en saisir.

Je me souviens aussi qu'un des objectifs de M. Barate dans les années 80/90, alors qu'il était adjoint à la culture de M. Mendiboure, était de construire à Quintaou une salle ayant une jauge comparable à  l'Eglise Saint Léon qui peut accueillir 680 personnes.

 

Pourquoi le site de Quintaou ?

Ce site avait été choisi dès le départ par les municipalités précédentes. Le concours de 1988 prévoyait un auditorium de 600 places dans le prolongement de la bibliothèque. Membre de l’opposition à l’époque, je l’avais soutenu.

Quintaou offre sur place un parking de 400 places, alors que le projet Bovero voulu par l’équipe précédente n’en prévoyait qu’une quarantaine.

La nouvelle salle sera placée à 15 m de la médiathèque, à 100 m de la maison pour tous dont on va doubler la surface utile, ce qui permettra des mutualisations, des synergies intéressantes. Beatrix Enea et la mairie sont à deux pas, Baroja n’est pas loin : La rue Albert Le Barillier qui relie Quintaou à Saint Léon devient un vrai boulevard de la culture. Une centralité forte s’affirme ainsi, contribuant à souligné la vocation culturelle et universitaire du cœur d’Anglet. Rappelons que parallèlement  nous construisons à Montaury un restaurant et une résidence universitaire.

 

L’architecture contemporaine ne serait pas conforme à l’image d’Anglet.

Anglet doit préserver son identité. Celle-ci s’appuie sur une histoire, des paysages, et une position centrale dans l’agglomération. Anglet est une ville verte. C’est aussi une ville jeune, dynamique, tournée vers l’avenir, comme le montre la vitalité de ses clubs sportifs et ses nombreuses associations. Une architecture contemporaine est parfaitement adaptée à une ville ou tous les styles se marient et qui a toujours accueilli la modernité. Anglet ne s’est-elle pas imposée depuis plus de 20 ans, comme un lieu « incontournable » (comme on dit aujourd’hui) de l’art contemporain avec les expositions de Beatrix Enea, ses sculptures, et la biennale d’art qui anime le littoral ? Madame Cazaux qui au nom de l’opposition, en conseil municipal, avait qualifié de « verrue » la future salle  a rectifié son propos : elle serait intéressante en soi mais ne s’intègrerait pas dans son environnement. Il ne s’agit pas ici d’un argument étayé par une explication, mais d’une opinion. Madame Cazaux n’aime pas ! C’est son droit. Mais je me permets d’être dubitatif. L’œuvre de RICIOTTI à Bovero, un énorme cube en béton de 20 mètres de haut, un geste architectural fort, s’inscrivait-elle dans son environnement ? Madame Cazaux le pense sans doute. C’est aussi son droit !

 

L’œuvre d’Hérault et Arnod à Quintaou, aux formes complexes entièrement recouvertes de bois, allie modernité et tradition. C’est bien dans l’esprit de Quintaou… et d’Anglet.

 

Y -a-til eu une concertation des angloys autour de cette salle?

Certains nous reprochent de ne pas avoir établi ce projet en concertation avec les angloys. Plusieurs réunions ont été organisées avec les associations culturelles angloyes et les opérateurs culturels locaux: les directeurs du conservatoire de musique, de la scène nationale, des troupes de théatres ont été consultés.

Bernard Marti a pointé en conseil municipal  cinq réunions préparatoires . Il faut y rajouter bien sûr toutes les rencontres individuelles que les services de la mairie et les élus ont pu avoir avec divers acteurs culturels. Les angloys ne se souviennent pas qu'une telle concertation ait été organisée par l'équipe précédante autour de son projet Bovero.

 

Cette salle va-t-elle coûter plus cher que le précédant projet?

C'est ce qu'affirment certains puisqu'un tract récemment distribué affirme que "6 millions d'euros sont perdus par l'abandon du projet précédant". Je reprendrai ce point précis dans un prochain article.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by JP Voisin - dans salle culturelle
commenter cet article

commentaires

Betbeder Jacques 02/10/2010 15:13


Pourquoi, dans ce genre de projet, n'est-il jamais question de coûts de fonctionnement ?
La gestion d'une salle de spectacle impose du personnel et des activités d'entretien qui relèveront directement du budget de la commune. Par exemple, j'ai lu dans un hebdomadaire un appel à
candidature pour un poste de directeur de la salle, cadre A de la fonction publique : son salaire sera imputé sur les dépenses de personnel d'Anglet. Et moi qui croyais, sans doute par excès de
naïveté, que l'heure était aux économies budgétaires... Une telle politique me paraissait plutôt bienvenue car j'ai constaté, sur les feuilles d'impôts locaux (impôt foncier et taxe d'habitation)
que ce que je payais pour la commune avait, dans les quinze dernières années, augmenter largement plus que l'inflation.
Quiconque a été amené às' intéresser, de près ou de loin, à la gestion d'un groupe de production quelconque comportant du personnel, a appris que le poste "personnel" est de première importance
dans le bilan financier. On a d'ailleurs une triste illustration de cette règle dans les délocalisations actuelles de certaines entreprises. Pourtant, dans les affaires municipales, il n'en est
jamais question. Pourquoi ? mensonge par omission pour ne pas effrayer le citoyen payeur ou, je n'ose y croire, incapacité à avancer un chiffre compte tenu de l'opacité des finances locales ?
Ceci me paraît d'une autre importance que les jeux "politiciens" plutôt mesquins entre "gauche" et "droite".
J'ose espérer que j'obtiendrai une réponse chiffrée quelque part.
Jacques Betbeder, 14 allée de Moyrie Anglet


JP Voisin 02/10/2010 18:47



Je vous remercie pour votre question.


Vous avez raison: tout équipement public a un cout en fonctionnement qu'il faudra bien sûr intégrer dans notre budget.


La question première à laquelle il faut répondre est: un équipement culturel est-il nécessaire à Anglet? Depuis 30 ans, toutes les municipalités ont répondu par
l'affirmative. La dernière équipe en place, celle de M. Villenave, avait fait le choix d'une salle essentiellement dédiée à la musique et à l'orchestre Bayonne-cote basque, sur le site de Bovero.
Nous avons fait le choix d'une salle plus polyvalente, pour mieux répondre au besoin des angloys, coutant moins chère, comme vous avez pu le lire dans mes articles précédents. Dans tous les cas,
derrière l'investissement les diverses municipalités avaient intégrées qu'il faudrait faire fonctionner la nouvelle salle, et que cela avait un prix.


Si je connais assez bien le projet que nous avons initié sur le site de Bovero, je ne suis pas le mieux placé pour vous répondre sur le coût de fonctionnement: je transmets donc votre question à
Guy Mondorge. Il est vraisemblable que le coût de fonctionnement des deux salles (de Bovero et de Quintaou) sont comparables. Cependant la proximité de Quintaou avec la bibliothèque
existante, la maison pour tous et Beatrix Enea devrait permettre une mutualisation des moyens, source d'économie.


Vous évoquez les délocalisations des entreprises. Que nous combattons avec détermination, avec les modestes moyens qui sont les notres Je me permets simplement de souligner que le chantier
de Quintaou donnera du travail aux entreprises du BTP locales,  en difficulté par suite de la crise de l'immobilier. L'investissement public porte aujourd'hui ce secteur d'activité créateur
de nombreux emplois industriels et artisanaux.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • : Jean-Pierre Voisin, adjoint au maire d'Anglet de 2008 à 2014 en charge de l'urbanisme, livre ici son point de vue sur les dossiers locaux et dialogue avec les angloys. Ses propos n'engagent que lui-même.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens