Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 16:27

Raidissement des deux cotés. Après les déclarations tonitruantes du Président Sarkozy affirmant sa volonté de démanteler les campements illégaux de gens du voyage et de reconduire à la frontière les roms en situation irrégulière, la situation s’est tendue.

 

 L’amalgame entre délinquance et gens du voyage, la confusion entre roms, d’origine étrangère, et gens du voyage de nationalité française, ont provoqué une dégradation de la situation. Le dialogue est aujourd’hui plus difficile et chacun semble jouer du rapport de force.

Le candidat Sarkozy avait pourtant promis à l’ASNIT (association sociale nationale et internationale des tsiganes), lors de la campagne électorale de 2007, qu’il veillerait à l’application de la loi Besson de 1990 qui oblige les communes de plus de 5000 habitants à créer des aires de stationnement pour les gens du voyage. Une promesse bien reçue par cette communauté. Las, comme les autres, elle est restée lettre morte. Pire, le pouvoir a parfois appuyé les réactions de rejet des populations locales. L’exemple le plus frappant ? C’est sur notre agglomération qu’on le trouve, ou Mme Alliot-Marie, ministre de la justice, s’est opposée en 2009 à la création d’une aire de grand passage, voulue par les élus locaux et validée par le préfet. Cette aire n’avait qu’un défaut : elle voisinait avec un quartier de la commune d’Arcangue fort bien fréquenté, et situé sur la circonscription de la ministre.

 

Aujourd’hui les voyageurs ne croient plus au dialogue et ne semblent plus connaître que le rapport de force. On la bien vu à Anglet, puis à Bordeaux, cet été. Les élus qui s’efforcent au dialogue sans faiblesse ne sont pas compris. Ni par les uns, les gens du voyage qui se sentent rejetés, ni par les autres, les résidents, qui voient dans cette volonté de dialogue un aveu de faiblesse. Se réclamer de la loi républicaine, demander qu’elle soit appliquée par tous, collectivités locales et gens du voyage, ne semble pas relever du bon sens et de la justice la plus élémentaire, mais d’une utopie naïve.

 D’ailleurs M. Sarkozy n’y fait pas référence…

Il ne dit rien des communes, plus de la moitié, qui ne respectent pas la loi Besson et qui refusent de créer des aires d’accueil, aires permanentes ou aires de grand passage, comme la loi leur en fait obligation. N’est-ce pas par là qu’il faudrait commencer ?

 Tous les campements illégaux seront démantelés, affirme-t-il martialement ? Normal, puisqu’ils sont illégaux. Vous ne faites que votre boulot M. le Président en veillant au respect de la loi.

Mais de quels campements parler-vous ?

Des occupations illégales de terrains communaux, d’une quinzaine de jours en général, dans les régions touristiques qui voient affluer chaque été des groupes de caravanes de plus en plus important ? C’est le cas de notre agglomération. Les gens du voyages sont des français, souvent bien intégrés, assez aisés semble-t-il, qui se rassemblent pour des missions chrétiennes ou pour commercer. Ceux-là savent se défendre, dénoncent le rejet croissant dont ils sont victimes, mais se raidissent eux-mêmes dans un refus du dialogue. Si c’est de ces campements là dont vous parlez, il suffit de faire appliquer la loi, par tous ! Et tout d’abord par les communes ! Et tout d’abord par Mme Alliot-Marie ! Et aussi, là ou les aires légales existent, par les gens du voyage.

Mais il semble que vous parliez surtout des campements de roms. Les plus misérables, rejetés de leur pays, qui se réfugient chez nous parce qu’ici, au moins, ils sont en sécurité. Démantelez, M. le Président, puisque c’est la loi. Mais faites le jusqu’au bout et aidez les populations en grande souffrance qui vivent dans ces campements insalubres à trouver une autre solution, digne et pérenne. Aidez à leur accueil et à leur insertion… au lieu de les stigmatiser et de renforcer ainsi les conditions de leur marginalité, qui les conduira à reconstruire ailleurs les bidonvilles que vous aurez rasés.

 

Dresser les populations les unes contre les autres, montrer du doigt des bouc-émissaires, c’est facile, et peut-être même électoralement payant. C’est surtout irresponsable. Et indigne d’un Président de la France.

Partager cet article

Repost 0
Published by JP Voisin - dans débat
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • : Jean-Pierre Voisin, adjoint au maire d'Anglet de 2008 à 2014 en charge de l'urbanisme, livre ici son point de vue sur les dossiers locaux et dialogue avec les angloys. Ses propos n'engagent que lui-même.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens