Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 18:37

Depuis trois ans la municipalité à engager une vaste concertation pour accompagner la naissance d'un futur écoquartier dans le quartier de Montbrun, autour du ruisseau du Maharin. Concertation dont  ce blog s'est fait souvent l'écho, et dont on peut mesurer le sérieux en consultant les comptes-rendus des nombreuses réunions sur le site de la Mairie. L'association "Bien vivre au Maharin" vient délibérément de se fermer la porte de cette concertation.

Dans un article paru dans Sud-Ouest le 29 avril elle dénonce " l'impossible dialogue" avec la municipalité, et  agrémente son propos de contre-vérités qui révèlent sa vraie nature. Celle d'une opposition systématique à un projet qui viendrait déranger quelques riverains, "soucieux - nous disent-ils dans Sud-Ouest-  de préserver leur tranquillité, leur confort de vie".

Je regrette cette décision de l'association que je ne comprends pas. Pour notre part nous restons ouvert à la discussion avec tous... Mon bureau est largement ouvert, mon agenda en témoigne. Si "Bien Vivre au Maharin" retrouve la voie de la raison, nous les écouterons de nouveau volontiers. Mais la méthode qui consiste à demander un rendez-vous au Maire, lequel l'accorde volontiers en ma compagnie, pour ensuite nous préter des propos qui n'ont  pas été tenus, cela est inacceptable!

Mais revenons sur cet article.

dialogue et concertation.

Je ne vais pas ici rappeler le déroulement de la concertation conduite depuis deux ans: Ce blog s'en est fait largement l'écho et les lecteurs intéressés se reporteront sur le site de la ville ou figurent tous les comptes rendus des réunions et les principaux rapports techniques.

Nous respectons scrupuleusement le planning annoncé lors de l'exposition de l'été dernier : Comme prévu, tout au long des mois de mars et avril l'architecte Thibaut Babled et des ingénieurs de la ville ont rencontré individuellement, chez eux, tous les riverains dont les maisons sont au contact direct du futur quartier. Ils leurs ont présenté le projet et ont examiné avec eux les conséquences prévisibles pour leur environnement immédiat.  Il leur a été proposé de réfléchir ensemble à l'aménagement de la bande de 5 à 10 mètres qui longe leur propriété et dont on pourrait leur céder l'usufruit. Le raccordement au futur réseau d'eaux usées à aussi été envisagé, la plupart des maisons  devant aujourd'hui utiliser une pompe de relevage pour se raccorder à l'égout existant. Au final, la plupart des propriétaires ont apprécié la démarche, assez inhabituelle, et n'ont pas manifesté d'opposition à l'écoquartier, au contraire.

Il est donc étonnant, et pour être tout à fait sincère, choquant  de lire "que le président TISSET constate que les concertations promises ont disparu du planning municipal" alors qu'il a reçu chez lui quelques jours auparavant, en compagnie de M. Bocquier, autre interlocuteur de Sud-Ouest, l'architecte et un ingénieur de la ville.

la densification.

Le Président de l'association explique que nous souhaitons "densifier" certains quartiers d'Anglet, dont Montbrun. Faux naturellement. Si nous pensons nécessaire de construire plus dense que par le passé dans certains secteurs, par exemple le long des lignes de bus de l'ex RN 10, nous n'avons jamais voulu densifier le quartier de Montbrun et le Maharin précisément. C'est même le contraire!

 Maharin-Babled-copie-2.jpg

J'ai déjà expliqué que le PLU voulu par la municipalité précédente et voté en 2004, prévoyait la possibilité de construire 40000 m2 de planchers sur les 8 hectares du Maharin (COS = 0,50), soit environ 600 logements. La résidence Argi Zabal situé dans le même secteur I AUa du PLU est construite sur cette base puisqu'elle totalise 4209 m2 de plancher  sur environ 0,9 hectare.  En construisant 280 à 300 logements (on sera sans doute très près de 280) sur les 8 hectares disponibles, nous sommes à moins de la moitié de ce qu'il était possible de faire.

La densité bâtie, de l'ordre de 35 logements à l'hectare, est à rapprocher de plusieurs réalisations récentes sur Anglet : Argi Zabal: 55 logements à l'hectare; Verger d'El Hogar : 75 logements à l'hectare (pauvre verger, autrefois si plaisant, un beau site pour un petit écoquartier); Erdian, sur l'ancien terrain de baby-relax: 110 logements à l'hectare! Oui, nous dit-on, mais il y aura des espaces verts sur l'écoquartier, ça ne compte pas! Il y aura effectivement des espaces verts qui entoureront les immeubles posés sur l'herbe, au milieu des arbres. C'est un des points forts de ce futur quartier qui veut réconcilier la ville et la nature. Les habitants des immeubles, et les riverains actuels, profiteront pleinement de ces espaces verts, rendus possibles parce qu'on a limité la densité. Il fallait faire moins claironne "Bien vivre autour du Maharin": 150 logements auraient suffit! Pourquoi 150? Sur quels critères se base l'association pour proposer ce chiffre? Avec notre projet nous assurons aux futurs résidents et aux actuels riverains "leur tranquillité et leur confort de vie"  en même temps que nous logeons 280 à 300 familles. Au moment ou le foncier est rare, ou les jeunes, et les moins jeunes, ne peuvent plus se loger sur Anglet, nous ne devons pas gaspiller les terrains disponibles.

 

Eloigner les immeubles.

Les trois porte-parole de "Bien vivre au Maharin" demandent qu'on éloigne encore davantage les futurs bâtiments de leurs limites de propriété : 15 à 20 m c'est trop juste affirment-ils pour planter des arbres. Je remarque que les maisons existantes sont souvent plus proches les unes des autres. Et que des plantations d'arbres sont naturellement prévues : on a vu plus haut que dans le cadre de la concertation, les riverains pourront travailler avec l'architecte sur l'aménagement de la frange de terre au contact immédiat de leur propriété. Toutes les plantations seront possibles.

 Ils ont demandé aussi que les hauteurs des immeubles soient baissées. Nous leur aurions répondu "on n'y touche plus". Faux!

Ces "immeubles" sont en réalité des maisons individuelles accolées, avec un étage. Ponctuellement il ya quelques maisons de deux étages. Nous  avons indiqué à nos interlocuteurs, qu'après les rencoontres individuelles avec les riverains, nous avions demandé à l'architecte de renoncer à des plots de trois étages qu'il avait initialement dessiné. Nous les  leur avons montré sur plan. Pourquoi affirment-ils le contraire. Ils ajoutent même plus loin une autre contre-vérité : "il n'est plus question d'habitat individuel". Ces maisons accolées sont bien individuelles.

 

Les bus et la circulation.

Notre volonté affirmé avec cet écoquartier est de limité au maximum l'impact de l'automobile sur son environnement. Et donc, en particulier, de favoriser l'utilisation du bus. Sud-ouest écrit : "Les futurs habitants de l'écoquartier seront en outre invités à prendre le bus, ce qui fait sourire les deux hommes. "l'arrêt le plus proche, c'est celui des Compagnons et il est quand même à 500 mètres...". Faux, encore. Comme ces "deux hommes" connaissent parfaitement leur quartier, je conclue qu'il y a ici mensonge assumé. Chacun sait à Montbrun que la ligne 5 passe en effet par l'avenue des Pyrénées devant une entrée future de l'écoquartier. L'arrêt n'est pas à 500m, mais à 50m! ( chacun peut le vérifier sur un plan du réseau fourni par Chronbus). En outre la ligne 6 passera dans l'écoquartier lui-même et desservira l'entrée de la maison de retraite. Qui veut noyer son chien...

La circulation automobile autour du Maharin est un vrai problème. Un problème qui touche l'ensemble de l'agglomération. Ce n'est pas en refusant de construire en coeur de ville qu'on résoudra le problème. Les salariés (il y a 16 000 emplois localisés sur Anglet) qui travaillent dans notre ville, y viendront obligatoirement en voiture s'ils habitent en périphérie. S'ils vivent en ville, à proximité des lignes de bus, on peut penser qu'un certains nombre se détourneront de leur voiture et prendront les transports en commun, plus pratiques et moins chers. La ligne 5 par exemple qui relie Montbrun à Bayonne en passant par la zone économique des Pontots où beaucoup travaillent peut se révéler intéressante pour certains des futurs résidents.

Nous avons en outre rappelé à nos interlocuteurs que la ville accompagnera la réalisation de l'écoquartier par des travaux visant à sécuriser et à pacifier la circulation automobile sur l'avenue des Pyrénées, la rue de Millet. et la rue de Bahinos. Pourquoi n'en disent-ils rien? Et pourquoi parlent-ils de 500 voiture quand il y en aura moins de 400? 

 

La suite du projet.

" la mairie n'a pas voulu nous dévoiler les futures étapes de son projet". affirme le président de l'association. Faux, toujours!. Le 23 avril j'ai signé une lettre que je lui ai adressé qui reprend les conclusions de la réunion tenue en présence du Maire. J'y explicite le déroulement de la suite des études. j'en reproduis ici l'essentiel:

-  ... Nous avons entendu vos inquiétudes et sommes attentifs aux questions soulevées. Vous avez compris que la municipalité a la volonté de conduire ce projet à son terme.

Concernant la circulation automobile, je vous confirme nos intentions de travailler à l'amélioration de la voirie, en même temps que nous chercherons à développer les alternatives à l'automobile.

Pour les constructions des bâtiments, il vous a été expliqué que le quartier serait divisé en lots confiés chacun à des opérateurs publics ou privés avec des architectes qui pourront être différents. Le rôle de l'architecte de l'opération, M. Babled, sera de conduire les travaux relatifs aux espaces publics et à veiller à la bonne intégration des projets de ses collègues dans le plan d'ensemble. Un cahier des charges sera élaboré qui précisera pour chaque lot les règles qui devront être impérativement respectées pour assurer une bonne cohérence d'ensemble. Je vous confirme que les travaux hydrauliques seront conduit en premier de manière à sécuriser l'ensemble de l'écoquartier et ses environs, contre les risques d'inondation. ...

Les futures étapes du projet sont donc clairement présentées, contrairement à l'affirmation de M. Tisset dans Sud-Ouest.

 Naturellement, si le journaliste a trahi ses propos, il est indispensable qu'il les fasse rectifier . 

 

On le voit ici, les responsables de l'association "Bien vivre au Maharin" ne cherchent pas à construire avec la municipalité un projet de qualité, profitable à tous, mais veulent s'y opposer par tous les moyens, y compris en manipulant l'information. Inexactitudes, exagérations, contre-vérités sont des outils au service de ce qu'ils croient être leurs intérêts privés. Dommage.  Nous espérons qu'il changeront de stratégies pour que le dialogue auquel ils se dérobent soit de nouveau possible.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • : Jean-Pierre Voisin, adjoint au maire d'Anglet de 2008 à 2014 en charge de l'urbanisme, livre ici son point de vue sur les dossiers locaux et dialogue avec les angloys. Ses propos n'engagent que lui-même.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens