Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 21:20

Les élus de l'opposition  prétendent que la majorité municipale serait, sur le futur écoquartier du Maharin, en contradiction avec ses écrits de 2004.

Pour que chacun puisse en juger voici ce que les élus de gauche, à l'époque dans l'opposition, écrivaient le 6 avril 2004, lors de l'enquête publique concernant la révision du PLU:

 

« L’histoire d’Anglet est intimement liée à ce ruisseau [le Maharin] depuis le moyen-âge. Des barques remontaient son cours du port de Hausquette sur l’Adour jusqu’au port de Gala où elles étaient déchargées pour que leurs marchandises soient acheminées vers Biarritz ou Brindos (voir histoire d’Anglet par M. Goyhenetche). Sur une partie de son cours le ruisseau coule dans un vallon humide préservé de toute construction. Ce secteur est placé en zone IAU (1) donc urbanisable à cours terme. Comme nous l’avons déjà écrit nous demandons que le ruisseau et ses abords soient placés en zone Ncu et que le reste soit placé en IIAU, laissant ainsi du temps à la collectivité pour conduire une réflexion approfondie sur le devenir de ce quartier. Un cheminement piétonnier devrait pouvoir être aménagé de la rue de Bahinos jusqu’à l’Adour… ».

 

Si nous demandions le classement en zone naturelle du cours du ruisseau et de ses abords, c'était pour éviter qu'on ne construise sur son lit. Comme cela a été fait malheureusement dans la plaine du Maharin, avec la résidence Argi zabal, livrée en 2005, implantée sur le cours du ruisseau lui-même, qu'il a fallu buser (voir photo en fin d'article). On connait les conséquences catastrophiques engendrées par cette construction, avec une aggravation des inondations, dont les nouveaux résidents furent d'ailleurs les premières victimes.

 

DSC03084.JPGAvec l'écoquartier du Maharin, nous allons préserver 4 hectares d'espace naturel, en réalisant de surcroit une plaine inondable. Le site va retrouver sa fonction de régulation des crues fonction qu'il avait perdu car il avait été remblayé par les municipalités précedantes, dans les années 80 et 90. Nous sommes donc cohérent avec notre demande de 2004 de "placer le ruisseau et ses abords en zone Ncu", c'est à dire naturelle.

 

le ruisseau et les remblais, fait par la CABAB autour des années 90.

 

Nous demandions que le reste soit classé en zone II AU, "laissant ainsi du temps à la collectivité pour conduire une réflexion approfondie sur le devenir de ce quartier".

Depuis deux ans nous conduisons ces études approfondies, géologiques, hydrologiques et environnementales. On peut d'ailleurs les consulter sur le site internet de la ville, accessible à tous. Ces études se poursuivent avec le "marché de définition" en cours, associant trois équipes d'urbanistes à la réflexion sur le devenir de ce quartier, en lien avec une concertation des angloys qui a nécessité cinq réunions publiques. Nous sommes en parfaite continuité avec nos propositions d'il y a six ans.

 

 

Merci à ceux qui ont exhumé ce texte de 2004: ils nous donnent l'occasion de montrer aux angloys deux choses:

Premièrement, que nous sommes fidèles à nos idées.

Deuxièmement , que nos propositions de l'époque n'étaient pas démagogiques mais réalistes. Nous faisions sérieusement notre métier d'opposants avec des propositions constructives.

 

 

 

(1): Zone I AU: zone qui pourra être urbanisée à court terme.

     Zone Ncu: c'est une zone naturelle, donc inconstructible.

     zone II AU: zone à urbaniser à long terme, après que des travaux d'équipement aient été réalisés.

 

  

DSC03088.JPG

Résidence Argi zabal vue depuis la plaine du Maharin. Il est désormais impossible d'aménager une promenade piétonne publique en continuité, de l'Adour au domaine du Refuge, comme nous le souhaitions en 2004. Dommage!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Herblot 17/04/2010 09:07


Si une partie de la plaine du Maharin, partiellement déjà remblayée, doit être partiellement urbanisée, dont une partie serait une maison de retraite, donc par définition RC ou R+1, les immeubles
d'habitation devraient, à mon avis, être comptés, un ou deux, et élevés, R+7 ou 8, sans stationnement enterré, pour laisser de l'espace aménageable, éventuellement innondable en cas de crue
exceptionnelle. Ceci d'autant que le niveau de la vallée est très bas par rapport à celui de la Butte aux Cailles ou celui des immeubles déjà construits aux alentours


JP Voisin 17/04/2010 20:17



Une partie des remblais devracertainement être évacuée pour rendre de nouveau la plaine inondable. Naturellement les nouveaux bâtiments ne seront pas dans le secteur ou l'eau s'étalera en cas de
crue. Contrairement aux apparences, les dénivelés sont forts sur le site. J'avoue attendre avec une certaine impatience les propositions des trois équipes d'urbanistes.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • : Jean-Pierre Voisin, adjoint au maire d'Anglet de 2008 à 2014 en charge de l'urbanisme, livre ici son point de vue sur les dossiers locaux et dialogue avec les angloys. Ses propos n'engagent que lui-même.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens