Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 20:57

L'été se termine, les vacances sont déjà loin, les enfants ont retrouvé le chemin de l'école ou du collège... L'actualité est tragique. Malgré une faible reprise économique le chômage ne baisse pas, et après la gestion de la dette grecque provisoirement - et mal - réglée, le drame des réfugiés du moyen-orient et de l'Afrique qui frappent à la porte de l'Europe bouscule enfin l'opinion.

Un devoir de solidarité avec les réfugiés.

Face à ces questions internationales d'une ampleur sans précédent, les petites querelles angloyes peuvent sembler bien dérisoires. Nos polémiques ne doivent pas nous détourner de l'essentiel, d'une solidarité en action, au quotidien, pour les hommes, les femmes et les enfants confrontés à des guerres ignobles. Oui, notre devoir c'est d'agir avec la municipalité, avec les paroisses (comme le demande le Pape François), avec les associations, pour accueillir notre part de familles en détresse. Anglet dispose de logements disponibles qui peuvent être affectés à cela. Voilà la priorité.

Cependant la vie citoyenne continue. Une récente conférence de presse des élus socialistes au conseil municipal l'a rappelé. Trois sujets principaux avaient été évoqués par Sandrine Derville, Sandra Pereira et Guy Mondorge: les finances locales - excellentes - la politique culturelle et l'urbanisme. Je me contenterai ici d'apporter ma modeste contribution au débat qui se poursuit sur l'urbanisme angloy, et qui a rebondi avec la modification du PLU de 2013, voulue par Claude Olive. L'enquête publique qui s'est déroulée au début de l'été a posé les enjeux.

Le nouveau maire avait promis une rupture radicale avec les orientations de la précédente équipe, orientations qu'il avait dénoncé en termes parfois violents. Or cette modification confirme et renforce même les grands choix opérés par le PLU de 2013. D'où la polémique actuelle.

- Le Maire fait le contraire de ce qu'il avait promis aux électeurs affirment les socialistes.

- Pas du tout répond en substance C. Olive qui conteste les chiffres annoncés. De toute façon je n'y suis pour rien c'est la loi ALUR de Cécile Duflot qui m'y contraint. C'est pas moi,c'est Cécile!

C'est la faute à Cécile.

Reprenons ce dernier point: Il est exact que la loi ALUR se donne pour objectif de freiner l'étalement urbain, j'en ai souvent parlé sur ce blog. Et que par conséquent elle donne aux municipalités les moyens de densifier leur ville. C'est ce que faisait avec les réglements de l'époque le PLU de 2013 , par anticipation sur la loi, s'attirant les vifs reproches de MM. Olive et Veunac, alors dans l'opposition. L'essentiel du travail a été fait en 2013.Or le nouveau texte multiplie la densité par deux ou trois.

C'est la faute à Cécile, insiste la majorité, elle a supprimé les COS (coefficient d'occupation des sols), engendrant ainsi un urbanisme débridé. Faux naturellement. La suppression des COS oblige les urbanistes à mobiliser d'autres moyens pour contrôler le développement urbain. C'est ce qu'expliquent d'ailleurs les rédacteurs de la modification:

- le programme de la modification n°1 du PLU d'Anglet concerne des "modifications réglementaires diverses, et notamment la définition de nouvelles règles de constructibilité, suite aux conséquences de la loi ALUR du 24 mars 2014 (suppression du coefficient d'occupation des sols et des tailles minimales de parcelles)... Extrait du rapport de présentation de la modification, page 5. Et en page 16 de ce même rapport on peut lire:

- Pour rétablir une capacité d'accueil équivalente... suite à la suppression des COS,le nouveau réglement s'appuiera notamment sur une limitation des emprises au sol et des hauteurs autorisées, ainsi que sur une augmentation des coefficients de pleine terre dans la quasi totalité des zones.

Le texte publié sous la responsabilité de M. Olive lui-même est donc clair: il a mobilisé d'autres moyens pour remplacé le COS supprimé, afin affirme-t-il de maintenir "une capacité d'accueil équivalente". Il avait donc tous les moyens pour ne pas augmenter exagérément la capacité d'accueil, donc la densité des futures constructions. Si elle avait été équivalente ou même légèrement supérieure à celle que prévoyait le PLU de 2013, il n'y aurait pas contestation de la part des socialistes. Ils auraient simplement constaté le ralliement de Claude Olive à leur politique, et donc son reniement par rapport aux engagements pris devant les angloys.

La densité multipliée par deux et plus.

Mais Claude Olive va beaucoup plus loin. Je renvoie les lecteurs au document de présentation déjà cité. Page 51 et suivantes les rédacteurs calculent un COS virtuel correspondant aux nouvelles règles qu'ils proposent. Pour la zone UA1, la plus dense - le long de l'avenue de Bayonne et place des Cinq-Cantons, ce COS est de 3,5, alors qu'il était de 1,25. Je cite:

- ... une première approximation des droits à bâtir octroyé en zone UA1 donne les résultats suivants: 0,65 x 0,9 x 6 niveaux = 3,5. Ce résultat étant bien supérieur aux droits octroyés par le COS de 1,25 défini par le PLU de 2013, il n'est pas nécessaire d'approfondir l'impact d'autres règles (stationnement, retrait...) pour montrer que les droits à bâtir sont augmentés... (c'est moi qui souligne). De fait il est multiplié par 2,8! Ce n'est pas moi qui l'écrit mais M. Olive. Il est évident que les autres règles, comme le stationnement, ne modifieront qu'à la marge ce chiffre ahurissant. Pour les zones UA2, et UB c'est la même chose.

Pour les lecteurs intéressés je tiens à leur disposition la contribution que j'ai adressée au commissaire enquêteur en juillet, où je montre que la modification de M. Olive ne se contente pas de conserver les densités proposées par le PLU de 2013 mais qu'il les multiplie par plus de deux. Elle fait une dizaine de pages et ne peux la reproduire ici. Je l'adresserai par courriel à tous ceux que cela intéresse.

Les hauteurs.

M. Olive avait promis d'abaisser les hauteurs maximum proposées par le PLU de 2013. Il tient parole. Il n'avait pas le choix, la suppression du COS nous aurait obligé à faire de même. Mais il reste très modéré dans son refus des hauteurs. C'est ainsi par exemple que sur l'ex nationale 10 il limite à 25m les hauteurs maximales (voir page 33 du rapport de présentation), ce qui représente environ 8 niveaux et à 4 niveaux la zone UB le long des axes structurants (rue de Hausquette, rue des Cinq-Cantons...). Là aussi il ne revient pas vraiment en arrière; dont acte!

J'ai proposé au commissaire enquêteur de limiter la densité à un niveau plus raisonnable en réduisant les emprises au sol et en fixant des règles pour éviter d'entasser les bâtiments sur une même parcelle. Nous n'avions pas réglementé ce dernier point en 2013 et certaines réalisations en cours nous montrent qu'il faut le faire.

Nous arrivons aujourd'hui à une situation étonnante. Favorables à la densité urbaine pour limiter l'étalement de nos villes, nous sommes contraints aujourd'hui de demander à ceux qui nous avaient combattus sur ce point et qui se sont ralliés en catimini, de faire preuve de modération.

le futur ilôt d'Anglet saint-Jean.

le futur ilôt d'Anglet saint-Jean.

Partager cet article

Repost 0
Published by JP Voisin - dans urbanisme PLU
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • : Jean-Pierre Voisin, adjoint au maire d'Anglet de 2008 à 2014 en charge de l'urbanisme, livre ici son point de vue sur les dossiers locaux et dialogue avec les angloys. Ses propos n'engagent que lui-même.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens