Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 11:52

En 1900 la Terre comptait 1.6 milliard d'habitants. En 2014 nous sommes plus de 7 milliards à nous partager la planète. Demain, en 2050, l'agriculture devra nourrir.plus de 10 milliards de terriens

Or, dans le même temps, selon un rapport de l'ONU (1), par suite de la déforestation et de pratiques agricoles destructives, mais aussi de l'étalement urbain, nous perdons tous les 10 ans 120 millions d'hectares de terres agricoles, soit 2 fois la surface de la France. Ce même rapport estime que plus de la moitié des terres agricoles mondiales sont déjà dégradées.

En France on considère que tous les 10 ans, une surface équivalente à un département d'espaces naturels et agricoles est "mangée" par l'urbanisation.

Localement, les rédacteurs du Schéma de Cohérence Territorial de Bayonne-sud Landes récemment adopté estiment que chaque année, sur son territoire qui regroupe 48 communes autour du BAB, 125 Ha d'espaces naturels ou agricoles sont sacrifiés à l'urbanisation. 1250 Ha en 10 ans, soit la surface d'une commune comme Biarritz!

En résumé, nous sommes de plus en plus nombreux, alors que les surfaces dédiées à l'agriculture diminuent. Comment sortir de ce schéma catastrophique annonciateurs de grandes famines?

Tout d'abord en restaurant les terres agricoles dégradées et en retrouvant des rendements élevés tout en maintenant la qualité des terres.

Au Burkina Faso, durement touché par la sécheresse et l'avancée du désert, un paysan, Yacouba Sawado a su rétablir la fertilité de terres dégradées grâce à une méthode traditionnelle appelée ZAÎ. Il a fait école et en 40 ans c'est 5 millions d'hectares qui ont été rénovés. En France de nombreuses expériences vont dans le même sens. On connait le paysan-philosophe Pierre Rabhi qui prône une sobriété heureuse. Au Bec-Helloin en Haute-Normandie Perrine et Charles Hervé-Gruyer développent dans leur petite ferme une méthode originale, la permaculture. Ils obtiennent des rendements spectaculaires tout en régénérant leur terre, initialement de médiocre qualité (2). Une équipe de chercheurs de l'INRA les accompagne désormais pour évaluer scientifiquement leurs résultats.

Mais nous-mêmes, sur Anglet, en quoi sommes-nous concernés?

Nous pouvons agir de plusieurs manières:

- en économisant le foncier urbanisable,afin de préserver les terres agricoles et les espaces naturels indispensables à la biodiversité. Cela suppose que les parcelles construites accueillent un nombre de logements plus important que lors des dernières décennies, grosses consommatrices de foncier. C'est le problème de l'étalement urbain et de la nécessaire densité qui est ici posé. Dossier que nous avons présenté aux angloys avec le nouveau PLU de 2013, sans doute maladroitement car il semble que beaucoup ne nous aient pas compris.

- En utilisant au cœur même de la ville de petites parcelles, des délaissés comme on en trouve partout dans les quartiers, pour y aménager des jardins partagés, ou familiaux, et en rétablissant partout ou cela est possible des trames vertes et bleues, porteuses de biodiversité. Le PLU de 2013 allait dans ce sens. Reste maintenant à le mettre en oeuvre en facilitant les initiatives citoyennes qui aménageront des jardins urbains. C'est ainsi par exemple que le COL construit sur l'avenue de Bayonne 3 immeubles posés sur une dalle couvrant des commerces. Sur la dalle, des jardins partagés seront mis à disposition des résidents pour leur consommation personnelle..

- et en favorisant autant que possible les circuits courts pour notre consommation de fruits et légumes. Nous avons la chance d'être bien placés, au cœur d'une région productrice dynamique et innovante.Aujourd'hui plusieurs AMAP(3) sont actives sur la Anglet.

(1)Rapport du secrétariat de la convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD), 2014.

(2) Voir leur dernier livre, absolument passionnant: "Permaculture, guérir la terre, nourrir les hommes,Perrine et Charles Hervé-Gruyer, éd. Acte Sud, 2014

(3) AMAP: Association pour la promotion de l'agriculture paysanne. Une AMAP réunit un groupe de consommateurs autour d'un maraîcher local -généralement bio.

Anglet a la chance de disposer encore de quelques terres agricoles. Ici le refuge, dont 10 Ha, anciennement urbanisables,  ont été placés en zone agricole dans le PLU de 2013

Anglet a la chance de disposer encore de quelques terres agricoles. Ici le refuge, dont 10 Ha, anciennement urbanisables, ont été placés en zone agricole dans le PLU de 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by JP Voisin - dans débat
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • : Jean-Pierre Voisin, adjoint au maire d'Anglet de 2008 à 2014 en charge de l'urbanisme, livre ici son point de vue sur les dossiers locaux et dialogue avec les angloys. Ses propos n'engagent que lui-même.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens