Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 12:32
Les dépenses incongrues de M. Olive.

M. Olive, le nouveau maire d'Anglet, l'avait annoncé, il ferait faire des économies à la ville. Regardons où nous en sommes.

L'arrêt de l'écoquartier du Maharin c'est 270 logements qui ne seront pas construits, et au moins 3 millions d'euros de dépenses supplémentaires pour le budget communal (voir articles précédents sur ce blog et en particulier "l'écoquartier du Maharin, les conséquences d'un abandon").

Le long de l'ex nationale 10, l'abandon du projet Bovero signifie une centaine de logements en moins et plus d'un million d'euros de dépenses supplémentaires car il faudra bien aménager le terrain avec un cheminement piétonnier le long du ruisseau (photo ci-dessus) et un parking aujourd'hui provisoire.

Des tours... de quatre étages!

Et voilà maintenant qu'on envisage de modifier le projet immobilier confié au COL à l'angle de l'avenue de l'Adour et de l'avenue de Montbrun. Sur un terrain situé face au fleuve, séparé des maisons riveraines par un transformateur haute tension d'EDF, il était prévu de construire 3 petits immeubles de 18 logements chacun. Au total une cinquantaine de logements - dont les deux tiers en accession aidée - qui ne gênaient personnes. Les voisins, installés de l'autre coté du transformateur, donc à plus de 50 mètres du projet, ont dénoncé "des tours monolithiques de quatre étages". M. Olive qui reconnaissait sans doute dans cette caricature son propre discours démagogique de la campagne électorale a décidé pour leur faire plaisir de baisser les bâtiments d'un étage. Cela fait une douzaine de logements en moins. Il faut donc indemniser le COL pour le manque à gagner: de l'ordre de 150 000 euros(1). La ville paiera!

Résumons: les bords de l'Adour, Bovero, le Maharin... des millions dépensés par la municipalité dans son refus de loger les jeunes familles angloyes. On ne paye pas pour construire, on paye pour ne pas construire! Voilà clairement affirmé la politique urbaine de M. Olive. Les logements auxquels il renonce ainsi ne sont pas des logements chers construits par des promoteurs pour une clientèle venue d'ailleurs. Non! il s'agit de logements locatifs ou en accession aidée, destinés à tous ceux que la loi d'un marché spéculatif exclut de l'agglomération. Les jeunes s'installeront plus loin, à Louhossoa, à Ondres ou ailleurs, et viendront grossir les bouchons quotidiens aux entrées de l'agglomération. Fatigue et dépenses contraintes supplémentaires, voilà ce que nous leur proposons. Et les angloys déjà installés vieilliront paisiblement entre eux. Rejoins seulement par les quelques privilégiés qui peuvent payer un appartement plus de 4000 euros du m2.

Anglet sacrifie sa jeunesse.

Dans le journal le Monde du 10 juin dernier, une étude universitaire dénonce "une France qui sacrifie sa jeunesse".(2)

"Elle a transformée, écrivent ses auteurs, ses générations de jeunes chômeurs en travailleurs adultes privés d'au moins 20% de leur pouvoir d'achat dans un contexte de crise du logement . Aucun pays n'est allé aussi loin dans la maltraitance des nouvelles générations." Ce choix collectif inconscient mais catastrophique, dont ma génération porte pour l'essentiel la responsabilité, est clairement le choix d'Anglet depuis le mois de Mars. Car en refusant de construire des logements à prix abordable pour les jeunes générations "dans un contexte de crise du logement" particulièrement aigu sur la cote basque, la municipalité de M. Olive aggrave la fracture générationnelle au lieu de la réduire. Elle pénalise les jeunes familles qui travaillent sur l'agglomération et ne peuvent s'y loger. Ce choix est-il conscient? Si oui c'est du cynisme électoral. Sinon, c'est de l'incompétence. En toute hypothèse c'est catastrophique pour nos enfants et l'avenir d'Anglet.

------------------------------------------------------------------------------------------

(1) La ville sous la responsabilité de Jean Espilondo, avait durement négocié pour acheter le terrain à EDF à un prix inférieur au marché, compatible avec les exigences du logement social. Elle l'avait ensuite cédé à prix coutant au COL pour y faire du locatif social et de accession à prix abordable. Une opération "blanche" pour la ville. Réduire de 20% le nombre de logements impose de baisser le prix de vente du terrain au COL de 20%. Les angloys paieront par leurs impôts la différence.. C'est payer cher le caprice de quelques riverains qui sont séparés du projet par un transformateur haute tension d'EDF, et qui lui tournent le dos puisqu'il est implanté au nord de leurs parcelles.

(2) En trente ans, la génération des trentenaires a perdu 17% de pouvoir d'achat par rapport aux sexagénaires. Autrement dit, pour un trentenaire qui gagne 2000 euros par mois le manque à gagner par rapport à ses parents est de 340 euros. 4000 euros par an! Si on ajoute à cela la flambée de l'immobilier sur Anglet ( que nous avons pourtant freiné ces dernières années), on voit que la vie pour les jeunes générations est plus difficile aujourd'hui qu'hier. Offrir des logements à prix abordable est pour la municipalité une façon efficace d'aider les trentenaires.

Partager cet article

Repost 0
Published by JP Voisin
commenter cet article

commentaires

Denis 27/06/2014 00:08

Cette analyse est juste. On donne raison à des personnes qui ne pensent qu'à eux et au maintien voir surtout à la hausse de leur prix de foncier sur Anglet. Voir des projets comme Le Col mis à mal, c'est honteux ... ce sont les habitants d'Anglet qui se tirent une balle dans le pied. Parent comme moi d'enfants à Anglet, c'est impensable de me dire que la majorité souhaite que la ville devienne un refuge de vieux, de résidences secondaires et que nos enfants vont devoir aller vivre à 50 km de chez nous ou partir complétement, alors que l'on a une belle commune. Les gens n'ont pas du comprendre.. Les amis de la nouvelles municipalités sont arrivés voilà quelques décennies sur des belles terres anciennement cultivées ou boisées (mais à l'époque personne ne les a embêté), comme il est indiqué dans l'article, eux avaient l'argent, ils ont construit leurs maisons...les prix ont été multipliés par 2 en quelques décennies, voir moins, et maintenant, ils veulent rester entre eux.. Le long d'axe comme l'Adour, on ne peut pas construire des logements en accession sociale !! Coincé entre des pilonnes haute tension et l'Adour, qui dérange-t-on ? 12 famille en moins ? combien d'enfants en moins dans les écoles ? Combien d'achat dans les commerces d'Anglet en moins ? ... Un immeuble de 4 étage !! ce serait des tours ?? m'enfin, on peut penser qu'il y a quand même la compétence urbanistique à la nouvelle mairie pour expliquer qu'un immeuble de 4 étages n'est pas une tour ... Est-ce que tout le monde doit payer pour cette bêtise ? Que l'on s'inquiète pour des immeubles de plus de 10 étages à Anglet je peux entendre l'inquiétude mais 4 étages, c'est ridicule ... à ce niveau, c'est pas nos enfants qui doivent aller vivre à Sare ou Ainhoa mais ce sont ces gens, qui ont l'argent ... Anglet est une ville et si cela les dérangent, ils ont l'argent pour partir ... Anglet prend modèle sur des villes qui préfère payer des pénalités plutôt que de faire des logements sociaux ...mais a-t-on regarder qui vivaient dans les nouveaux logements sociaux ? des personnes âgées avec des petite pensions, des femmes seules divorcées avec enfants, des jeunes, des ménages tout simplement - Au pays Basque, le foncier c'est cher mais les salaires sont bas, c'est pas Bordeaux ou Paris !! ... je ne parle pas de l'accession sociale qui pourraient servir à nos enfants - C'est écœurant !

Devant nous : un avenir rêvé, un littoral réservé aux plus riche, aux retraités aisés, des écoles qui vont fermées, Biarritz à Anglet, une accélération de l'urbanisation du sud des Landes en agglomérat pavillonnaire sans centre ville, un mitage des terres du pays basque intérieur, des bouchons au sud et à l'est de l'agglomération, des ronds points toujours plus encombrés que plus personne ne respecte, une vie faite pour vivre chacun dans sa maison, dans son jardin avec son tobogan individuel, des courses au supermarché IKEA - Allées Shopping, ou directement au drive, loin du concept de ville, de collectif comme on le voit dans les centres-villes espagnols qui bougent où les gens savent encore se parler, se respecter, vivre ensemble, en collectif ... en n'ayant pas peur de se dire les choses, de partager et surtout d'avancer .. Anglet recule malheureusement ..

jean-Pierre Voisin 01/07/2014 16:53

Chrisodoulos: vous êtes mal informé: Les bâtiments envisagés n'étaient en zone inondable, pas plus que la maison de retraite dont l'emplacement, sur le site de l'écoquartier, avait été choisi par la municipalité de MM Villenave et Olive. Le vallon du Maharin était constructible au PLU de 2004 (celui de MM. Mortalena et Olive), avec une densité double de celle que nous avions retenue pour l'écoquartier. Qui veut noyer son chien (au Maharin?) l'accuse de la rage.

chrisodoulos 28/06/2014 19:56

Le Maharin est une zone inondable et le bétonnage de cette zone aurait inondé les maisons limitrophes s on voit ça tous les jours au journal télévisé sans parlais de la saturation automobile sur ce secteur Eco quartier ne veut pas dire tout vélo. .. Mr Espilondo n a rien voulu entendre il en a perdu son poste de Maire

jean-Pierre Voisin 27/06/2014 23:25

Tout à fait d'accord avec votre commentaire.

egunondonibane 17/06/2014 16:15

Sans compter le manque à gagner pour les entreprises locales du BTP. Ces suppressions sont purement politiques, en un mot "sottes" ! Anglet sera désormais comme Saint jean de Luz, livrée à des promoteurs privés pour retraités aisés ou résidences secondaires.

Présentation

  • : Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • Le blog de Jean-Pierre Voisin
  • : Jean-Pierre Voisin, adjoint au maire d'Anglet de 2008 à 2014 en charge de l'urbanisme, livre ici son point de vue sur les dossiers locaux et dialogue avec les angloys. Ses propos n'engagent que lui-même.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens